L’ambition est de taille : en ouvrant sa plateforme à des revendeurs de toutes les nationalités, Alibaba veut faire de l’ombre à Amazon. Vous n’êtes pas sans savoir que ce géant de l’internet est chinois. Pendant de longues années, Alibaba a fait le choix de ne proposer que des revendeurs chinois sur sa plateforme. Aujourd’hui, pour étendre son champ d’action, le géant chinois revoit sa stratégie.

À l’instar de son homologue américain, Alibaba ne cesse d’évoluer technologiquement. Récemment, la société promettait qu’elle offrira bientôt la possibilité de réserver un restaurant, grâce à la reconnaissance vocale, directement depuis sa voiture. Un flot perpétuel d’innovations, pour rester dans la course face à Amazon, plus gros revendeur au monde. Afin de tenter de gagner quelques parts de marché, Alibaba a pensé à une autre solution : ne plus se limiter à la revente de produits chinois, mais proposer à n’importe quel revendeur de se positionner sur sa plateforme.

AliExpress, l’un des sites du groupe Alibaba a d’ores et déjà étendu son service au reste du monde. Le site spécialisé dans les produits à bas prix s’est ouvert aux marchés italien, russe, espagnol et turc. Dans les prochaines semaines, la société promet que des revendeurs d’autres nationalités seront bientôt présents sur sa plateforme. Avec une haute de 94% de ses ventes, on se doute qu’AliExpress pourrait intéresser des revendeurs étrangers. La présidente de l’entreprise précise que : “2019 est l’année du passage du local au mondial”.

En ligne de mire : Amazon, le géant américain. Avec son statut de plus gros détaillant au monde, Amazon semble totalement indéboulonnable. Pourtant, la société de Jeff Bezos pourrait avoir quelques failles. Sa pénétration sur le marché chinois est quasi nulle. Les consommateurs chinois n’hésitent pas une seule seconde, ils préfèrent de très loin Alibaba. Attendons de voir comment réagiront les revendeurs du reste du monde à l’ouverture de cette place de marché.