Étoile du matin, boudin créole, brume andalouse … Je ne sais pas si ces noms existent, mais ils pourraient très bien avoir leur place sur les terrains de courses hippiques. S’il m’a fallu quelques seconds pour trouver ces noms, certains propriétaires doivent peut-être y consacrer plus de temps. Cependant, peut-être que dans le futur, c’est une intelligence artificielle qui s’en chargera.

Deux réseaux de neurones et 42 000 chevaux

C’est la scientifique Janelle Shane, qui administre le site AIWeirdness (bizarrerie de l’intelligence artificielle) qui a créé ce programme. Elle l’a nourri avec les dizaines de milliers de noms de canassons, accessibles sur le site du Jockey Club. À partir de cette liste, elle a créé deux réseaux de neurones baptisés char-rnn et textgenrnn qui avaient pour mission de créer de nouveaux noms.

Si pour un humain, le côté loufoque et absurde est assez simple à identifier et à modéliser, ce n’est pas nécessairement le cas pour une intelligence artificielle. Cependant, cette dernière va identifier un schéma, et faire des propositions. Dans le cas de noms de chevaux de course … On peut dire que c’est assez réussi.

On retrouve par exemple Snow Motion, Farthand, Desert Cat, Fabulous Charm, Pat’s Quick Hat, ou encore Lord Power. La liste de noms étant anglophone, ceux qui en sortent le sont aussi. Quoi qu’il en soit, la scientifique nous prouve que son programme est tout à fait à la hauteur de la tâche qui lui incombe, même si quelques noms étaient bien trop éloignes des standards.

Il serait intéressant de trouver une liste francophone, et d’y appliquer le même traitement. Certaines subtilités de l’anglais sont un peu trop marquées, et une version en français aurait été simplement plus drôle. Qui se lance ?