Pendant de nombreuses années, vous avez eu l’occasion de regarder des films aux scénarios catastrophe. Aujourd’hui, la NASA, la FEMA et l’ensemble des agences spatiales du monde entier annoncent qu’elles vont simuler un scénario de collision entre un astéroïde et la Terre, à grande échelle.

En effet, l’exercice en question devrait aussi impliquer l’ESA (l’Agence Spatiale Européenne), le Bureau de coordination de la défense planétaire de la NASA et le Réseau international d’alerte aux astéroïdes. La volonté des personnes à l’origine de ce scénario est en réalité de tester l’efficacité des voies de communication entre les scientifiques, entre le différentes structures existantes et surtout, entre les entités gouvernementales. Un exercice qui devrait être soigneusement orchestré, pour coller au plus proche de ce qu’il pourrait se passer dans la vraie vie.

La NASA pense qu’elle pourrait sauver des centaines de milliers de vies, grâce à cet exercice. Lindley Johnson, officier de la défense planétaire à la NASA, a déclaré que : “ces exercices nous aident réellement, au sein de la communauté de la défense planétaire, à comprendre ce que nos collègues de la gestion des catastrophes ont besoin de savoir. Ce scénario en particulier, nous aidera à développer des communications plus efficaces entre nous, scientifiques, mais aussi avec nos gouvernements”.

Les astronomes veulent coller au maximum à la réalité. Pour cela, ils décident que l’évènement fictif se déroulera au moment où un astéroïde passera à côté de la Terre, dans le monde réel. Le scénario prendra toute sa dimension lorsque les scientifiques avertiront les gouvernements que cet astéroïde réel, a une chance de frapper la Terre. La NASA occupera un rôle majeur dans cet exercice. En effet, l’agence spatiale devra coordonner les efforts des secours en cas de catastrophe. Pour ceux qui pensent que tout cela est un peu ridicule, il faut imaginer cet exercice comme un test incendie dans une entreprise : ça n’arrive presque jamais, mais ça peut arriver. Alors mieux vaut être prêt.

En attendant, on peut toujours spéculer sur les origines de l’astéroïde Oumuamua, ou attendre l’armée spatiale tant attendue par Donald Trump.