Sidewalk Labs : des quartiers modulables en fonction des heures et des besoins
Technologie

Sidewalk Labs : des quartiers modulables en fonction des heures et des besoins

Une filiale d'Alphabet spécialisée dans la réorganisation des espaces urbains propose des quartiers modulables et intelligents, avec comme priorité les piétons et non les automobiles.

Sidewalk Labs, qui comme Google est une filiale d’Alphabet, est une entreprise qui travaille sur la réorganisation des espaces urbains. Jusqu’à présent, nos villes sont conçues autour des voitures, et très peu des piétons. En plus de cela, la mobilité urbaine évolue, et de nouveaux moyens se déploient.

À Toronto, le quartier Sidewalk reste en construction depuis 2017, et les réflexions de toutes sortes fluctuent. L’entreprise réfléchit à un concept dit de « superbloc ». Ces blocs seront sillonnés de petites rues piétonnes ou cyclistes, pour limiter au maximum l’accès aux voitures. Le quartier de Sidewalk pourrait être en mesure de surveiller la circulation en temps réel. Le mobilier urbain, tout comme les superblocs, seraient intelligents et dynamiques. Par conséquent, ces changements subtils au fil des heures s’adapteraient aux besoins des riverains.

Ce nouveau rapport présente 4 routes autorisées aux voitures, comme une sorte de périphérique autour d’un superbloc.

Plan d'un superbloc, avec les routes (en orange) accessibles aux automobiles. Le reste sera piéton.
Plan d’un superbloc, avec les routes (en orange) accessibles aux automobiles. Le reste sera piéton.

Déjà, cette filiale d’Alphabet a fait une démonstration de son système de routes modulables. Chaque petit hexagone à l’intérieur du superbloc, est muni de lumières intégrées, capable de changer de couleur afin de mettre en évidence les voies réservées aux piétons. Sidewalks Labs annonce que ces voies pourront s’adapter dans le but de privilégier les transports en commun en période d’heures de pointe, et se retransformer en heures creuses pour devenir un quartier plus calme et relaxant. Seuls les véhicules autonomes électriques seront autorisés jusqu’à une vitesse maximum de 8 km/h, il s’agira donc de vélos, ou quelques robots livreurs comme celui de FedEx.

« Nous espérons qu’à l’aube des années 2020, la traditionnelle question de savoir à qui sont destinées les rues sera résolue », écrit Willa Ng, responsable de la mobilité pour Sidewalk Labs, « La rue sera à nouveau un endroit où se promener, jouer et se déplacer en toute sécurité, pour tout le monde. »

Send this to a friend