L’art et l’intelligence artificielle, deux domaines qui à première vue n’ont rien en commun. L’IA est bien plus souvent évoquée dans le secteur scientifique, la robotique, ou plus récemment l’agriculture, mais pas tellement dans l’art. Pourtant, il y a déjà près d’un an que le premier tableau entièrement réalisé par une intelligence artificielle a été vendu au sein de la maison Christie’s à New York. « Portrait d’Edmond de Belamy », c’est son nom, a trouvé acquéreur pour la modique somme de 435 000 dollars.

Sur le même modèle, le site 9GANS propose 9 nouvelles oeuvres d’art toutes les heures. Jusque là, rien de très complexe. Toutefois, il est important de préciser que chaque oeuvre aperçue sur 9GANS est unique. Elle est générée par une intelligence artificielle, et surtout n’existera que pendant une heure. Lorsqu’un tableau apparaît, il faut s’empresser de le télécharger, au risque de ne plus jamais pouvoir le retrouver. Ryan Hoover, le fondateur de Product Hunt est lui-même impressionné par le projet repéré sur sa plateforme. Il se demande même si ces oeuvres étaient monétisées, est-ce quelles rapporteraient plus qu’un artiste humain ? Sûrement, vu la quantité produite. Sans sous-estimer l’être humain, nous sommes très peu à pouvoir peindre 9 toiles par heure, et ceci 24h/24.

L’intelligence artificielle prend de plus en plus de place dans notre quotidien. Déjà, les premières voitures autonomes circulent, les enceintes connectées sont capables de réaliser des taches toujours plus complexes et précises. Tous ces domaines perçoivent une aide utile et plutôt bienvenue de l’IA. Néanmoins, l’art a-t-il vraiment besoin de l’intelligence artificielle ? La machine n’a pas de sentiments, à quoi bon essayer d’en transmettre par l’art ?