On savait qu’Uber jouait dans la cour des grands, en voici la confirmation. Le département de recherche sur les systèmes autonomes de la société américaine (Uber’s Advanced Technologies Group), vient de recevoir des fonds provenant de Toyota, de Denso, un fabricant de pièces détachées et de Vision Fund, une filiale de SoftBank, pour un total de 1 milliard de dollars (890 millions d’euros). Alors que nous apprenions il y a quelques jours qu’Uber avait un nouveau concurrent au japon, S. Ride de Sony, il semblerait que le géant américain ait d’autres ambitions.

L’idée est claire : permettre à Uber de mettre le plus vite possible des véhicules autonomes sur le marché pour devancer d’autres géants comme Google ou les constructeurs allemands. Audi est notamment très actif dans ce domaine. Nous apprenions hier que le constructeur allemand va travailler avec Aeva pour développer des capteurs LIDAR nouvelle génération. Dans le détail, l’investissement s’articule de cette manière : Toyota et Denso fournissent 667 millions de dollars, (593 millions d’euros) et Vision Fund de SoftBank verse les 333 millions restants (297 millions d’euros).

Uber affichait des chiffres inquiétants l’année dernière. En effet, la société enregistrait une perte de 1,85 milliards de dollars à la fin de l’année 2018. Cela s’explique par les nombreux efforts réalisés dans le département R&D, notamment à cause des recherches consacrées aux véhicules autonomes : 450 millions de dollars dépensés pour tenter de devenir leader sur ce marché. Il y a encore du travail avant d’atteindre la rentabilité.

La capacité de production de Toyota pourra certainement être d’une grande utilité à Uber pour lancer ses véhicules autonomes. Grâce à ce partenariat, une économie de coût pour Uber semble évidente et devrait permettre à l’américain de pouvoir sortir des taxis autonomes plus vite qu’on ne le croit.