Études

Les ordures des milliardaires américains génèrent une véritable économie souterraine

L'illustration par excellence des inégalités sociales causées par nos sociétés.

Alors que des chercheurs du MIT tentent de trouver des solutions pour réduire les inégalités sociales causées par l’intelligence artificielle, le New York Times publie une enquête révélatrice des maux de notre société sur l’économie souterraine générée par les ordures des ultra-riches américains.

Dans cet article, on suit le parcours de Jake Orta, un ancien combattant qui vit dans un petit studio, à quelques pas de l’immense maison de Mark Zuckerberg, à San Francisco. Tombé dans la pauvreté il y a quelques années, il travaille désormais à plein temps. Son job ? Collecter les ordures des milliardaires qui vivent dans son quartier pour les revendre.

À 56 ans, Jake Orta se considère plus comme un chasseur de trésor, que comme un éboueur. Il précise que : « je suis choqué par ce que ces gens-là peuvent jeter. C’est l’avantage, avec eux, on ne sait jamais ce qu’on va trouver ». Pour Nick Marzano, un photographe australien qui publie un reportage photo, baptisé « Mission Gold », pour documenter cette économie souterraine des éboueurs du 21e siècle à San Francisco, estime qu’il y a plusieurs centaines de personnes comme Jake Orta dans la ville.

Des pauvres ramassent les ordures des riches aux USA.
Crédit : Jim Wilson

Pour le photographe, il y a une sorte de chevauchement entre le ramassage des ordures, l’itinérance et la consommation publique de drogues. Malgré tout, il veut positiver et croire que le ramassage des ordures et le développement de ces marchés spontanés sur les trottoirs des quartiers comme Mission et Tenderloin, deviennent une nouvelle forme d’entrepreneuriat. Il part du constat simple qu’il s’agit de la principale source de revenus pour des personnes qui n’en ont pas d’autres.

Pourtant, il faut savoir que le ramassage des ordures est illégal en Californie. Une fois qu’une poubelle est déposée sur le trottoir, son contenu est considéré comme étant la possession de l’entreprise de ramassage des ordures. Heureusement, la loi est rarement appliquée à ce niveau. Voici l’illustration de la réalité d’une société américaine qui connaît des inégalités sociales extrêmement fortes.

Send this to a friend