Facebook continue de lutter contre les fake news, les groupes sont surveillés de très près
Réseaux Sociaux

Facebook continue de lutter contre les fake news, les groupes sont surveillés de très près

Facebook continue d'éradiquer les fake news et déploie de grands moyens

Dans sa lutte contre les fake news, Facebook ne se relâche pas. Hier, le réseau social annonçait quelques nouvelles mises à jour destinées à bloquer au maximum les contenus mensongers.

Cette fois, Facebook a mis l’accent sur les groupes. Justement, début avril, nous apprenions que de nombreux groupes servaient de marché pour la cybercriminalité. Pour le moment, Facebook reste concentré sur les fake news. L’entreprise de Mark Zuckerberg explique que les groupes qui partagent de fausses informations de manière récurrente seront pénalisés dans le référencement. De plus, Facebook envisage de certifier les groupes, comme il le fait pour les pages. Les groupes certifiés seront regroupés sous l’onglet « Group Quality ». Des fact-checkers recrutés par le réseau social dans les médias du monde entier seront chargés de vérifier la véracité des propos partagés au sein de la communauté.

Le réseau social a aussi choisi d’être plus transparent avec ses utilisateurs. Dernièrement, suite aux pressions de l’Union européenne par rapport à l’affaire Cambridge Analytica, Facebook a décidé de prendre ses responsabilités en modifiant ses conditions générales d’utilisation. Suite à cela, tout utilisateur peut prendre connaissance du propriétaire et du financement d’une publicité. Cette nouveauté permet de se faire une idée sur le degré de fiabilité de l’information, en fonction de ces éléments et du contexte dans lequel elle est publiée. Pour y accéder, il suffit de cliquer sur « à propos de ce site web ».

Longuement accusé de ne pas savoir gérer son contenu, Facebook fait forte impression au cours de ces derniers jours. Fin mars, on apprenait que le réseau social avait supprimé près de 2632 comptes et groupes malveillants. Pour la plupart, il s’agissait de groupes russes qui spammaient autour de sujets comme la politique ukrainienne.

Send this to a friend