Alors que le futur du télétravail pourrait se résumer à une cabine connectée, le géant américain, Google, a mené une étude pendant près de deux ans pour mieux comprendre les attentes de ses salariés en matière de travail à distance. 5 600 employés du groupe ont été interrogés aux États-Unis, en Asie, en Europe au Moyen-Orient et en Afrique. Au départ, une hypothèse a été émise : les salariés en télétravail seraient moins productifs que ceux à temps plein dans les différents bureaux de Google. Des résultats surprenants :

Google mène l'enquête pour comprendre si le télétravail est efficace.

C’est Veronica Gilrane, responsable du People Innovation Lab chez Google, qui a supervisé cette étude. Elle a décidé d’investiguer, car il faut savoir que chez Google, 39% des réunions réalisées se font avec des collaborateurs présents dans, au moins, deux villes différentes. V. Gilrane précise que “nous étions un peu nerveux de connaître les résultats de notre étude. Finalement, j’ai été extrêmement surprise de constater que les équipes en télétravail ont été aussi performantes que leurs homologues en bureau”. Elle a aussi pu constater la frustration des télétravailleurs. Certains se disent déconnectés des équipes.

Pour Google, il existe des solutions pour résoudre ce problème : faire preuve de souplesse à propos des fuseaux horaires, l’un des problèmes majeurs pour une société comme Google. Il faut varier les horaires des réunions et arranger les habitants de la côte Est une semaine, puis ceux de la côte ouest l’autre. L’autre piste que Google veut absolument creuser, c’est le fait de renforcer les relations entre les équipes à travers la planète. L’idée est de faire en sorte qu’un maximum de collaborateurs puissent se rencontrer. Concrètement, Google imagine que certaines réunions virtuelles pourraient bien se transformer en voyages professionnels pour favoriser les rencontres et les relations humaines.