Technologie

Facebook veut encercler l’Afrique avec un immense câble sous-marin de fibre optique

Un projet démesuré qui permettrait à Facebook de s'intéresser aux 1,2 milliards d'africains.

L’objectif de l’entreprise est assez clair : permettre au monde entier d’avoir un accès à internet. Facebook s’apprête à encercler l’Afrique d’un gigantesque câble sous-marin de fibre optique. C’est dans le Wall Street Journal, que Facebook a décidé de parler de cette opération démesurée. Un projet qui n’est pas sans rappeler celui de Google. En effet, le géant américain annonçait en juillet 2018 vouloir relier la France aux États-Unis avec le projet Dunant.

Le projet de Facebook est déjà baptisé « Simba« . Il pourrait permettre à la quasi-totalité de l’Afrique de profiter d’Internet. Assez peu de détails, mais nous savons au moins qu’il pourrait être relié aux point d’accès existants, notamment sur certaines plages des côtes Est, Nord et Ouest. Facebook sait que pour grossir, il doit absolument s’attaquer à l’Afrique. Le continent est habité par plus de 1,2 milliards de personnes et n’est pas encore très bien connecté au reste du monde pour certaines régions.

Facebook sait pertinemment que son avenir dépend certainement de l’Afrique. En effet, si plusieurs millions d’africains pouvaient demain se connecter à Internet et créer un compte Facebook; le réseau social pourrait gagner énormément d’utilisateurs en très peu de temps et donc gagner en puissance. A priori, il n’y aurait pas encore d’accord signé pour l’installation de ce câble géant. Ce n’est pas la première fois que Facebook parle d’installer un câble sous-marin pour connecter le monde.

Déjà, en 2017 et avec l’aide de Microsoft, Facebook tirait un câble transatlantique de plus de 6 500 kilomètres. L’installation de Marea, c’est son nom, débutait en 2016 et apportait une connexion stable en 2018. Son point de départ se trouve aux États-Unis, à Virginia Beach, et son point d’arrivée à Bilbao, en Espagne. En 2019, Internet n’est toujours pas fiable en Afrique. La faute à des infrastructures toujours en cours de développement et des régions du continent absolument non recouvertes. Facebook aimerait permettre aux africains de pouvoir utiliser WhatsApp, Instagram et Facebook.

Send this to a friend