Oxford déclarait il y a quelques semaines que les jeux vidéo ne sont pas responsables de la violence chez les jeunes. C’est peut-être un autre fléau que le Royaume-Uni est en train de soulever. Pour les autorités locales, les jeux vidéo en ligne pourraient être injustes envers les joueurs. Concrètement, le Parlement britannique pense que des géants comme Nintendo ou Sony pourraient violer certaines lois concernant la protection des joueurs, notamment à propos des politiques de renouvellement de certains services.

En effet, ce que soulèvent les organismes de réglementation britanniques est assez inquiétant. Vous savez, ces toutes petites lignes qui engagent à souscrire à telle ou telle offre sans même que vous n’y ayez prêté attention. Les autorités du pays ont tenté de mener l’enquête pour comprendre à quel point il est facile d’obtenir un remboursement, voire une annulation de l’achat d’un service en ligne contre son gré. Le Royaume-Uni indique que les conditions de service pourraient accorder trop de pouvoir à ces géants du jeu vidéo.

C’est une fâcheuse tendance qu’ont de nombreuses entreprises, et pas seulement dans le domaine des jeux vidéo : celle de rendre extrêmement difficile ou coûteux le départ d’une plateforme ou d’un jeu en ligne. Le Royaume-Uni précise que l’enquête ne fait que commencer et qu’il ne prendra de mesures coercitives tout de suite. Il n’en prendra que s’il estime que les entreprises visées ne sont pas équitables dans leurs pratiques. C’est un fait : le renouvellement automatique est courant, mais il n’est pas forcément illégal.