Google a dissout son comité d'éthique de l'IA
Intelligence Artificielle

Google a dissout son comité d’éthique de l’IA

Il avait tout juste une semaine.

Nous apprenons aujourd’hui via un article du MIT Technology Review que Google a mis fin à son comité d’éthique de l’IA. Alors qu’il n’avait même pas une semaine, le géant américain semble avoir décidé de repartir de zéro dans la fondation de cette assemblée importante. Cela viendrait du fait que plusieurs milliers d’employés de Google ont signé une pétition demandant la destitution d’un membre de ce comité.

Le comité d’éthique de l’IA, ou plutôt « Le Conseil Consultatif externe sur les technologies avancées » qui doit « guider le développement responsable de l’intelligence artificielle » chez Google, ce ne sera pas pour tout de suite. Cette assemblée devait réunir 4 fois par an 8 membres, parmi lesquels des technologues, des philosophes et des économistes, mais elle est d’ores et déjà supprimée. Il semble que Google va repartir de zéro dans la fondation de ce comité.

Le professeur Alessandro Acquisti avait déclaré qu’il ne pouvait pas en faire partie, mais ce ne serait pas la raison de « l’effondrement » du comité. Apparemment, ce serait l’inclusion de la présidente de Heritage Foundation, Kay Coles James, qui aurait causé cette dissolution de l’assemblée de Google. Son groupe de réflexion serait climatosceptique, et elle aurait personnellement plaidé contre la défense des droits des LGBTQ+.

Notons tout de même que l’intégration d’un autre membre était aussi critiquée. En interne, plusieurs personnes auraient vu d’un mauvais oeil la participation de Dyan Gibbens, la PDG d’une société de drones, au comité. Sa présence aurait fait grincer des dents en interne car son organisation fournit de la technologie aux militaires, et apparemment, ce ne serait pas très apprécié au sein de Google.

Un porte-parole du géant américain a déclaré au sujet de l’annulation du comité « Il est devenu clair que dans l’environnement actuel, le comité ne peut pas fonctionner comme nous le voulions. Donc, nous mettons fin au conseil et retournons à la planche à dessin. Nous continuerons d’être responsables dans notre travail sur les questions importantes que soulève Amnesty International, et nous trouverons différents moyens d’obtenir des opinions extérieures sur ces sujets. »

Cela laisse assez peu de doutes sur le fait que Google va reconstituer son comité d’éthique d’une manière ou d’une autre, probablement sous une forme ou une appellation différente. Ce n’est pas la première fois que les employés de Google se montrent très réactifs vis à vis des actions de leur société. En septembre dernier, plusieurs employés ont présenté leur démission en opposition au projet « Dragon Fly » qui a pour but la création d’un moteur de recherche adapté aux restrictions en termes de liberté d’expression imposées en Chine.

Send this to a friend