Verizon a déployé les premières zones de son réseau mobile 5G, une semaine avant la date annoncée. La 5G est donc fonctionnelle dans certains quartiers de Chicago et de Minneapolis, qui deviennent les premières à profiter du réseau sur les 30 villes que Verizon prévoit d’équiper cette année.

Grâce à cela, les utilisateurs pourront profiter d’une vitesse moyenne de téléchargement de 450 Mb/s, et pouvant atteindre des pointes à 1 Gb/s. Évidemment, pour pouvoir profiter de la 5G il faut que les clients soient équipés d’un smartphone compatible. Pour le moment, seul le Moto Z3 de Motorola possède cette compétence. Toutefois, Samsung, Huawei, Xiaomi ou encore OnePlus ne devraient pas tarder à sortir leurs modèles 5G. En plus de changer de smartphone, les clients Verizon devront payer 10 dollars supplémentaires par mois pour bénéficier du réseau 5G.

L’an dernier Verizon avait déployé son réseau 5G TF dans 5 villes des États-Unis, toutefois, il ne s’agissait pas « réellement » de la 5G accessible à tous. Cette fois, l'annonce de Verizon parle bien du réseau 5G NR, sur le même principe que notre 4G LTE actuelle.

Les habitants de Chicago et de Minneapolis sont cependant encore loin de pouvoir pleinement profiter de ce nouveau débit. Le réseau couvre seulement quelques parties de ces villes, et comme évoqué précédemment, il existe très peu de terminaux compatibles avec la 5G.

Cette annonce ne concerne que Verizon, d’autres fournisseurs prévoient de déployer leur réseau 5G dans les prochains mois. Si Verizon prévoit le lancement dans 30 villes des États-Unis en 2019, Sprint devrait commencer le déploiement en mai, de la même manière que T-Mobile qui prévoit de lancer son service au cours du premier semestre de cette année.

Concernant la France et plus globalement l’Europe, l’objectif est fixé pour 2020. Pour le moment, les opérateurs continuent leurs essais. Bouygues Telecom a par exemple testé sa 5G dans des conditions réelles, à Lyon, en janvier dernier.