Aujourd’hui, des politiciens, des startups et de nombreuses entreprises ont signé une charte européenne dans le but de créer une association pour promouvoir l’adoption de technologies liées à la blockchain. Cette association a un nom : l’INATBA (International Association of Trusted Blockchain Applications). Cette technologie peut s’avérer très prometteuse dans de nombreux domaines, notamment dans celui de la santé.

Ce grand pas en avant est le fruit de longs mois de réflexion, de rencontres et de tables rondes. En étudiant son impact potentiel, la Commission européenne a décidé de faire de la blockchain une priorité pour l’Europe. Une charte officielle a été signée aujourd’hui à l’occasion d’une réunion organisée par la commissaire européenne chargée du numérique, Mariya Gabriel, et Roberto Viola, directeur général de la communication.

Déjà, en avril 2018, les 27 États membres de l’Union européenne signaient une déclaration dans le but de permettre une coopération parfaite sur des sujets connexes. Depuis cette date, la Commission a créé un pôle d’observation de la blockchain dans le but de stimuler l’innovation dans ce domaine.

Une centaine d’entreprises a signé la charte. Parmi elles, des grands groupes comme Accenture, mais aussi des startups influentes comme IOTA, originaire de Berlin. Dominik Schiener, son fondateur précise que “l’élaboration d’un cadre réglementaire autour des technologies de la blockchain était un élément essentiel à leur croissance à grande échelle. La force et la taille de cette association, ainsi que le soutien de la Commission européenne et d’autres gouvernements, ne font que confirmer le potentiel illimité des technologies liées à la blockchain”.