En mars 2018, Uber décidait de se retirer du marché de l’Asie du Sud-Est en cédant ses activités à son concurrent direct Grab. Pourtant, nous venons d’apprendre que la société américaine venait à Singapour. D’après TechCrunch, ces bureaux pourraient servir de centre de gestion pour les neuf marchés sur lesquels Uber opère dans toute l’Asie. Pour ce qui est de l’activité en Inde, deuxième marché mondial d'Uber, elle est gérée séparément du reste du continent.

L’année dernière, Uber faisait part de sa volonté de se retirer du marché de l’Asie du Sud-Est, mentionnant une concurrence beaucoup trop féroce pour qu’il puisse réellement espérer faire des profits. Présente depuis plusieurs années en Asie, la société a indiqué le 25 mars qu’elle cédait ses activités à l’un de ses principaux concurrents du territoire, le singapourien Grab. Pour rappel, ce dernier comptabilise pas moins de 2,1 millions de chauffeurs dans la zone concernée. Uber a tout de même acquis 27,5% chez Grab, ce qui lui permet de garder une certaine main mise sur la société.

Pourtant, la société décide de conserver une attache physique à Singapour, avec l’ouverture de nouveaux bureaux. D’après le Straits Times, l’effectif d'Uber à Singapour est d'au moins 165 personnes. De plus, 17 postes seraient vacants. Ce n’est pas tout, Uber prévoit encore d’embaucher 75 personnes. Son retrait en Asie du Sud-Est n’était pas une première, en effet, Uber avait déjà quitté la Chine au profit de Didi Chuxing. Singapour reste un point stratégique pour le développement mondial d’Uber. Sa nouvelle installation dans la ville-état le prouve à nouveau.