Il y a quelques mois le CEO de Facebook, Mark Zuckerberg, annonçait qu’il allait donner moins de visibilité aux médias sur sa plateforme. Cependant, dans une interview avec Mathias Döpfner publié le 1er avril, il explique que finalement, après mûre réflexion, il envisageait de créer un onglet à part dédié aux médias.

Le but de cette manœuvre est de filtrer les fils d’actualité, afin de lutter contre les fake news. D’ailleurs, Facebook a récemment mis en place une nouvelle fonctionnalité intitulée « pourquoi est-ce que je vois ça ? », pour que les utilisateurs aient un meilleur contrôle de leur fil d’actualité.

Mark Zuckerberg déclare dans le texte accompagnant la vidéo que « c’est important pour moi d’aider les gens à obtenir des informations fiables et de trouver des solutions pour aider les journalistes à faire leur travail si important ». Il ajoute également que Facebook se dit songer à « un onglet » dédié à l’actualité, qui permettrait d’accueillir des articles de « très haute qualité ».

This year I'm hosting a series of discussions about the future of technology and society. This time I sat down with Mathias Döpfner in Berlin. He started his career as a journalist and he's now the CEO of Axel Springer, the largest publisher in Europe. We talked about the role quality journalism plays in building informed communities and the principles Facebook should use for building a news tab to surface more high quality news, including the business model and ecosystem to support it. We also discussed the privacy-focused vision I laid out for the future of social networking and the four ideas for internet regulation I published this weekend. These are important topics and I could have spent hours talking to Mathias about them. It's important to me that we help people get trustworthy news and find solutions that help journalists around the world do their important work.

Geplaatst door Mark Zuckerberg op Maandag 1 april 2019

Bien que les médias seront potentiellement placés dans un onglet à part, ils n’y perdent pas au change, puisque Facebook envisage de les rémunérer. Il s’agirait en réalité d’une sorte de licence que Zuckerberg décrit comme étant « définitivement la seule chose à laquelle nous devrions réfléchir ». Le CEO de Facebook aurait-il enfin compris que toutes informations de qualité et fiables ont besoin d’un investissement ? D’autant plus que la diffusion de fausses informations sur le réseau n’est pas des moindres, et avait même engendré la fermeture de 30 000 comptes. Les fake news ne sont pas les seules ennemies de Facebook. N’oublions pas que les fake ads ont tout autant leurs torts, en influençant les lecteurs sur certains sujets.

Selon une étude réalisée l’année dernière par le Pew Research Center, 68% des américains lisent leurs actualités sur les réseaux sociaux, et notamment 43% sur Facebook. Mark Zuckerberg en a bien conscience, c’est d’ailleurs probablement pour cela qu’il compte en tirer profit, bien qu’il ait déclaré que ce n’était pas le but.

Pour le moment, on ignore encore comment sera mis en place cet onglet dédié aux médias, mais cela ne saurait tarder. En attendant, Facebook commence petit à petit à réguler ses problèmes de transparence en lançant une nouvelle fonctionnalité qui permet de consulter les critères de ciblage faits par telle ou telle marque.