Malgré plusieurs alertes concernant le danger des armes autonomes, l’US Air Force continue de vouloir agrandir sa flotte. Officiellement, il s’agit d’un programme expérimental ayant pour objectif de mettre en œuvre un prototype de véhicule aérien de combat. Le Skyborg, c’est son nom, sera autonome, donc sans pilote et pourrait être opérationnel dès 2023.

L’intelligence artificielle est au cœur du projet. En effet, l’US Air Force travaille en collaboration avec la SDPE pour renforcer la flotte aérienne de l’armée américaine, et aller un cran au-dessus de la puissance des drones déjà sur le terrain.

Ben Tran, directeur du programme Skyborg explique que : “nous savons que d’autres grandes puissances mondiales investissent beaucoup dans l’intelligence artificielle et dans l’autonomie en général, à but miliaire. Nous savons que lorsqu’on associe l’autonomie et l’IA à des systèmes de combat, cela peut accroître considérablement notre force de frappe. L’objectif est de sortir ce prototype en 2023 pour montrer au monde que nous pouvons apporter une nouvelle dimension au combat aérien.”

Les technologies implémentés dans Skyborg s’appuient sur d’autres programmes d’intelligence artificielle, basés sur l’évitement automatique des collisions au sol et en vol. Ces programmes prouvent que le niveau d’autonomie maximal d’un avion de combat est possible mais surtout très pratique. Le programme Skyborg est associé au régiment de la 412e sur la base aérienne d’Edwards, en Californie. Ils travaillent ensemble pour tester les connaissances des milliaires sur l’intelligence artificielle et mesurer jusqu’à quel point une collaboration homme-machine est possible.

La particularité de Skyborg est qu’il n’est pas conçu pour un type de plateforme d’avion en particulier. L’idée est d’imaginer une architecture de systèmes ouverts pouvant s’intégrer à différentes types de drones ou d’avions. L’US Air Force s’oblige à laisser une forte place à une modularité dans le système d’intégration de l’IA.