Alors que nous apprenions récemment que la Chine veut lancer la première station solaire dans l’espace d’ici 2025, dans l’objectif de capter l’énergie des rayons du soleil, un nouveau projet est né en partenariat avec la France. En effet, les deux puissances promettent de s’associer dans l’exploration robotique de la Lune. Un message fort envoyé aux États-Unis, actuellement en guerre commerciale contre la Chine.

C’est lors de la visite du président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, que cette annonce a eu lieu. La France ira sur la Lune avec la Chine. C’est officiel. Il faut savoir que notre pays est le plus grand contributeur au budget de l’ESA (l’Agence Spatiale Européenne). Pour autant, la France ne se refuse pas de nouer d’autres partenariats liés à la conquête spatiale avec d’autres pays. C’est notamment le cas avec les États-Unis et désormais la Chine.

Il semblerait que l’objectif principal de ce partenariat soit avant tout lié à la lutte pour le climat. En effet, la Chine œuvre depuis déjà quelques années pour réduire son empreinte carbone et pour faire de son comportement face au réchauffement climatique un exemple. Les moyens que la Chine a mis en place ont apporté de très bons résultats : la pollution dans les grandes villes a diminué de 32% en moyenne.

Le Cnes (l’agence spatiale française) et la CNSA (China National Space Administration) ont promis que la Chine intégrera des expériences françaises à bord de la mission Chang’e 6, pour recueillir des échantillons lunaires. Cette expédition devrait avoir lieu en 2023. Le président du Cnes explique cela : “concrètement, nous allons embarquer 15 kg d’expériences à bord de la future mission Chang’e 6 qui ira recueillir des échantillons lunaires en 2023”.