Instagram lance une solution de paiement dans son application
Réseaux SociauxRetail

Instagram lance une solution de paiement dans son application

Afin de faciliter la vie des utilisateurs et des marques, Instagram débute une version bêta d’achat intégré dans son application. Mais à quelles conditions ?

Depuis plusieurs mois, l’expérience shopping sur Instagram a été lancée, et a évoluée pour être même disponible en France. Elle représente aujourd’hui un volet important de développement pour le groupe Facebook. C’est pour renforcer son pouvoir de conversion qu’Instagram lance aujourd’hui un programme bêta qui permet aux utilisateurs de régler leurs achats sans avoir à sortir du réseau social.

Lancé uniquement aux États-Unis pour l’instant, l’objectif pour Facebook est de réduire au maximum les frictions que peuvent rencontrer ses utilisateurs, et faciliter le service rendu par les marques. En effet, rien que 48% des consommateurs français indiquent qu’une étape de paiement compliquée peut faire abandonner leur achat.

Au départ, Facebook travaillera avec 22 marques au total dont Nike, Adidas, Dior, H&M, MAC Cosmetics, Michael Kors, Prada, Uniqlo, et Zara. Avant de voir arriver cela en France, il faudra, comme à notre habitude nous armer de patience.

Niveau mise en place, aucun pourcentage de commission n’a été défini pour l’instant, a confié Facebook à Siècle Digital durant l’événement ecommerce One to One à Monaco. De plus, le groupe prendra en charge le volet service client ou service après-vente. Une approche logique si l’on compare la solution à celles de la concurrence.

Aperçu des étapes de règlement de la fonctionnalité checkout d'Instagram.
Aperçu des étapes de règlement de la fonctionnalité checkout d’Instagram.

Pour la suite, après un déploiement international. On peut bien s’attendre à ce que le groupe crée des extensions pour les sites ecommerce, et ainsi leurs permettre de faire fi de services comme PayPal ou PostFinance.

Quoi qu’il en soit, tout le monde y gagne. Reste à savoir quelles données pourraient être exploitées par la suite par Facebook.

Send this to a friend