ApplicationRéseaux Sociaux

WhatsApp permet maintenant à ses utilisateurs de vérifier l’authenticité d’une image

C'est un fléau qui touche tous les réseaux sociaux. WhatsApp tente de donner plus d'outils à ses utilisateurs pour qu'ils puissent vérifier l'authenticité d'une information.

Ce n’est pas la première mesure que WhatsApp entreprend pour tenter de lutter contre les fake news. Le mois dernier, l’application de messagerie déclarait qu’elle supprimait 2 millions de comptes par mois pour éviter la propagation des fake news. Aujourd’hui, WhatsApp veut tester une nouvelle technique : le développement d’un bouton de recherche d’images inversée. Concrètement cela consiste à vérifier l’authenticité d’un message ou d’une image diffusée.

Une version bêta de l’application Android de WhatsApp offre déjà cette nouvelle fonctionnalité. Un utilisateur peut solliciter la recherche d’une image sur Google, directement depuis le chat. L’application utilisera des API Google pour comparer en temps réel l’image sélectionnée avec des images similaires. Cette technique permettra d’afficher le résultat dans un navigateur et donnera une idée de l’authenticité de l’information à l’utilisateur.

WhatsApp veut lutter contre les fake news.
Crédit : WABetainfo

Dans plusieurs cas, notamment depuis le mouvement des gilets jaunes en France, mais aussi depuis longtemps dans d’autres pays, comme en Russie ou en Corée du Nord, des personnes se sont fiées à des images trafiquées. C’est clairement ce que WhatsApp veut bannir de sa plateforme. Toutefois, c’est toujours à l’utilisateur qu’il incombe de prendre la décision finale et de décider s’il veut ou non s’assurer de l’authenticité d’une image.

WhatsApp ne peut pas faire beaucoup plus pour déterminer la source d’une information. Cette méthode permet de donner un coup de pouce aux utilisateurs. Si vous vous sentez prêts à faire un petit effort pour vous assurer de l’authenticité d’une image, cette nouvelle fonctionnalité devrait vous plaire. L’application de messagerie veut en finir avec la désinformation : la plateforme a même décidé de limiter le nombre de transferts de messages pour lutter contre ce fléau. Une mesure d’abord testée en Inde, puis appliquée ensuite au reste du monde. Depuis juillet dernier, il n’était déjà plus possible de transférer un message, une photo ou autre contenu à plus de 20 contacts en même temps.

Send this to a friend