Technologie

Huawei prévoit une alternative à Android si jamais les tensions ne redescendent pas

Les États-Unis pourraient demander à Google de ne plus travailler avec Huawei. Pour éviter une catastrophe, la société chinoise a pris les devants.

Si la situation empire entre les États-Unis et la Chine, Huawei préfère prendre les devants pour ne pas se retrouver dans une impasse. L’entreprise chinoise a imaginé une alternative à Android au cas où les tensions continueraient d’augmenter. D’ailleurs, pour le moment, les relations entre les deux pays ne montrent aucun signe d’apaisement. Récemment, le géant de l’électronique annonçait qu’il intentait une action en justice contre le gouvernement américain.

Huawei a aussi fait savoir que l’interdiction d’utilisation de ses produits imposée par les agences fédérales américaines violait toutes procédures légales. De leur côté, les États-Unis somment l’Allemagne de cesser de travailler avec Huawei, bref rien ne va entre les deux plus grandes puissances mondiales.

À juste titre, la société chinoise se prépare à une rupture totale avec les États-Unis. Elle construit sa propre alternative à Android. Le système d’exploitation de Google pourrait un jour être restreint sur ordre du gouvernement américain. C’est Richard Yu, directeur de Huawei Mobile qui l’a annoncé. Il précise « nous avons préparé notre propre système d’exploitation. S’il s’avère que nous ne pouvons plus utiliser Android, nous serons prêts et avons notre plan B pour continuer de faire fonctionner nos smartphones. »

Huawei a tout simplement fabriqué son propre système d’exploitation pour mobile. Effectivement, l’utilisation de logiciels provenant de sociétés américaines comme Google et Qualcomm sont implémentés dans les smartphones chinois. D’ailleurs les récentes frasques entre la Chine et les États-Unis ont récemment conduit des augmentations de tarifs des deux côtés. Depuis décembre dernier, Huawei est dans le collimateur du gouvernement américain. C’est l’arrestation de la CFO de l’entreprise qui a déclenché cette affaire qui s’apparente plus à des manœuvres géo-politiques qu’autre chose.

 

Send this to a friend