Réseaux Sociaux

Facebook porte plainte contre deux développeurs ukrainiens pour vol de données

Le réseau social porte plainte contre deux développeurs ukrainiens pour avoir volé des données via des tests de personnalité en incitant les utilisateurs à installer des extensions pour navigateur web, qui permettent de récupérer les données.

Nous avons tous déjà fait des tests de personnalité sur Facebook, tel que : quelle est la couleur de votre aura ? Quel animal êtes-vous ? Quel métier est fait pour vous selon votre signe astrologique ? Que nenni. Ces tests sont un vrai cheval de Troie qui pourrait voler vos données à votre insu. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Facebook porte plainte contre ces deux développeurs ukrainiens, qui auraient profité de ces quiz pour voler des informations. Ce n’est pas la première fois que cela arrive. Récemment, 120 millions d’entre eux en ont été victimes, via justement, des tests de personnalité.

Lorsque l’utilisateur se prête au jeu pour découvrir les réponses à ses questions existentielles, il doit généralement donner plusieurs informations. Bien souvent, il accorde des permissions qui permettent aux développeurs d’accéder à ses données personnelles. Cette technique frauduleuse avait d’ailleurs déjà été utilisée par Cambridge Analytica pour voler des données. D’où le lourd déferlement médiatique suite à cette affaire, qui est sans doute devenue la plus grande crise de l’histoire de Facebook que nous avons pris soin de vous expliquer.

Facebook porte plainte contre deux développeurs pour avoir volé des données via des quiz de personnalité
Source : The Verge

Après avoir autorisé l’accès aux données aux développeurs, les utilisateurs étaient incités à installer des extensions sur leur navigateur web. Ceci permettant en réalité, aux développeurs, de voler des données personnelles en toute impunité. Ainsi, ils avaient accès aux informations visibles publiquement sur le profil Facebook, mais également à la liste des amis de la victime. Finalement, Andrey Gorbachov et Gleb Sluchevsky, ont été repérés fin 2018, lorsque le réseau social s’est penché plus attentivement sur ces anomalies installées depuis sa plateforme.

Ce sont plus de 63 000 personnes qui ont été touchées entre 2017 et 2018, et Facebook estime avoir dépensé environ 75 000 dollars pour résoudre le problème. Argent que la firme de Menlo Park espère probablement retrouver lors du procès. Néanmoins, même si Facebook se montre responsable en résolvant ce problème externe, n’oublions pas qu’en interne, l’entreprise monétise des données aux marques, pas directement, mais dans le cadre de ciblages publictaires.

Send this to a friend