Technologie

La France peaufine son « French Tech Visa » pour attirer les talents étrangers

Le visa mis en place par le gouvernement en juin 2017 continue d’évoluer pour faciliter encore davantage l’accueil des spécialistes de l’informatique et en nouvelles technologies dans nos entreprises.

Le 15 juin, le gouvernement mettait en place le « French Tech Visa ». Une initiative visant à faciliter le recrutement de profils « rares en France » dans les entreprises tech françaises. Le 1er mars, les règlements entourant ce visa ont évolué, notamment pour réduire le temps nécessaire à son attribution. En renforçant son dispositif, la France souhaite encourager les talents de la tech étranger à s’installer dans nos entreprises pour qu’elles disposent de l’éventail de compétences nécessaire pour rayonner à l’international.

Qui peut prétendre au French Tech Visa pour ses employés ?

Rares sont les entreprises pouvant demander le « French Tech Visa » pour faciliter l’obtention d’un titre de séjour pour leurs salariés. En effet, elles doivent être reconnues « innovantes » par le ministère de l’Économie et des Finances avant de pouvoir y prétendre. Pour cela, elles doivent remplir au moins un des trois critères ci-dessous:

* Avoir été bénéficiaire d’un soutien public à l’innovation il y’a moins de cinq ans
* Avoir été accompagné par une structure d’accompagnement consacré aux entreprises innovantes, là encore au cours des cinq dernières années (programme privé, incubateur, etc.).
* Avoir une partie de son capital détenue par une entité dont l’objectif est le financement des entreprises de la tech à fort potentiel

Pour voir leur demande validée, les entreprises doivent aussi prouver que leur salarié va travailler sur un projet de recherche, et lui fournir une rémunération annuelle minimum de 36509, 28 euros.

Qu’apporte-t-il aux entreprises ?

Grâce au French Tech Visa, les entreprises reconnues comme innovantes peuvent obtenir pour leurs employés un titre de séjour valable 4 ans dans des délais minimes. Délais qui ont par ailleurs diminué pour passer d’environ 6 mois à seulement quelques semaines avec les changements du 1er mars. Du moins selon Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’État au numérique. Ces changements sont salués par certains experts car ils rendent désormais beaucoup plus accessible le French Tech Visa. Alors qu’être reconnu comme une entreprise innovante suffit aujourd’hui pour faire une demande, seules quelques entreprises extrêmement spécialisées et encadrées y avaient accès par le passé.

Le nouveau « French Tech Visa » devrait faciliter le recrutement de profils techniques rares en France. Les entreprises technologiques à fort potentiel pourront ainsi s’assurer d’avoir toutes les compétences nécessaires en interne pour avoir une chance de s’affirmer comme leader dans leur domaine au détriment des concurrents étrangers.

Avec cette mesure, la France continue à encourager le développement de la technologie française. En mars 2018, le gouvernement avait déjà lancé un vaste de plan de financement des projets liés à l’intelligence artificielle, assorti d’une enveloppe de 1,5 milliard d’euros.

Send this to a friend