Cybersécurité

Huawei ne cède pas face aux États-Unis et poursuit le gouvernement en justice

Les conflits continuent entre les États-Unis et le constructeur chinois. Ce dernier qui ne semble pas du tout prêt à se soumettre aux directives des USA.

L’affaire entre Huawei et les États-Unis est loin d’en rester là. Cette semaine, le New York Times nous informe que le constructeur chinois aurait prévu de poursuivre le gouvernement américain pour avoir interdit ses équipements de télécommunications au sein des agences fédérales. Huawei tente de se défendre contre les accusations des États-Unis, selon lesquels ces installations causeraient une potentielle menace au niveau sécuritaire. La démarche de poursuivre les États-Unis, permettrait à l’entreprise chinoise de savoir ce que le gouvernement américain sait. Récemment, Huawei et son CEO extrêmement confiant, Ren Zhengfei, a déclaré qu’il n’y aurait aucune chance que les États-Unis puissent écraser l’entreprise.

Le ministère américain de la justice accuse Huawei d’avoir dérobé des secrets commerciaux à T-Mobile. Et par dessus tout, avoir violer les sanctions américaines et faisant du business avec l’Iran. Suite à cette dernière accusation, Huawei a plaidé non coupable.

Meng Wanzhou, la directrice financière de Huawei a été arrêtée au Canada, concernant cette affaire avec l’Iran. Libérée sous caution, elle risque d’être extradée vers les États-Unis à cause de nouvelles accusations par le ministère de la justice. De son côté T-Mobile a touché près de 4,8 millions de dollars de dommages et intérêts pour ce prétendu vol.

Comme on l’a vu au court des dernières semaines, les États-Unis tentent inlassablement de convaincre d’autres pays de bloquer Huawei. Surtout les nations sur lesquelles, l’Amérique possède des bases militaires. Le gouvernement met en garde ces pays sur la vulnérabilité de la 5G concernant les cyber attaques. Si les États-Unis restent influents, de nombreuses nations ne semblent pas vouloir se plier à ses ordres. À l’image notamment, de nos confrères européens, le Royaume-Uni et l’Allemagne.

Étonnement, ces accusations du gouvernement américain arrivent dans une période ou Huawei possède certains des meilleurs smartphone du marché actuel. Ce qui pourrait faire du tord aux géants Samsung et Apple. De plus, les États-Unis réalisent d’énormes travaux pour anticiper la 5G et dépensent des milliards de dollars. Malheureusement pour le constructeur chinois, il est interdit aux États-Unis d’acheter de l’équipement en provenance d’Huawei.

Send this to a friend