Alors qu’il y a quelques semaines, Chang’e-4, le rover chinois, nous montrait un superbe cliché à 360 degrés de la face cachée de la Lune, Israël entend bien trouver sa place dans la conquête spatiale. Des scientifiques israéliens travaillent sur un projet depuis plusieurs années. Ces derniers prévoient d’envoyer Beresheet, le terme hébreu voulant dire Genesis, un atterrisseur robotique de 585 kg sur la surface lunaire. Particularité de cette mission : elle sera financée par le secteur privé.

Le robot décollera de Floride ce vendredi 22 février. Il sera propulsé par l’une des fusées construites par SpaceX : la Falcon 9. L’atterrisseur aura pour mission de recueillir des données sur la surface de la Lune. Depuis plusieurs années, le satellite terrestre avait été délaissé par les grandes puissances mondiales au profit de la conquête de la planète Mars. Les perspectives d’y arriver étant trop lointaines, la Lune obtient un regain d’intérêt.

Aujourd’hui et notamment depuis qu’un rover chinois a découvert la face cachée de la Lune, les Russes, les Américains et maintenant les Israéliens veulent revenir dans la course. Yonatan Weintraub, cofondateur de SpaceIL, l’organisation à but non lucratif qui dirige le projet a déclaré cela : “c’est le vaisseau spatial au budget le plus bas jamais imaginé pour une telle mission. Les superpuissances qui ont réussi à faire atterrir un vaisseau spatial sur la lune ont dépensé des centaines de millions. Bien que Beresheet ait été imaginé par une organisation privée, elle est tout de même une réalisation nationale et historique”.

En effet, en plus des recherches qu’il a à effectuer, le robot déposera aussi une “capsule temporelle” remplie de fichiers numériques contenant la Bible, des dessins d’enfants israéliens, l’hymne national du pays, le drapeau bleu et blanc, ainsi que des souvenirs d’un survivant de l’Holocauste. Si cette mission est un succès, Israël deviendra le quatrième pays au monde à avoir posé un robot sur la surface lunaire, derrière les États-Unis, la Russie et la Chine.