Cybersécurité

Le gouvernement vénézuélien tente de pirater des activistes pour les localiser

Dans un contexte extrêmement tendu, le gouvernement vénézuélien lance des cyberattaques contre les opposants au régime pour tenter de les affaiblir.

Alors que les cyberattaques se multiplient à travers le monde, à son tour et dans un contexte compliqué, le Vénézuéla en fait les frais. Des chercheurs en sécurité ont récemment alarmé les citoyens du pays. D’après eux, des pirates informatiques travaillant pour le gouvernement vénézuélien, sur les ordres de Nicolás Maduro, tenteraient de nuire aux opposants du régime par des actions de phishing. Ces derniers tenteraient de voler les identifiants et les mots de passe de certains citoyens engagés derrière Juan Guaido.

Le gouvernement vénézuélien est à bout de souffle, le pays s’enfonce dans la crise et il semblerait que Nicolás Maduro et ses hommes tentent toutes les actions possibles pour rester au pouvoir le plus longtemps possible. Ils tentent d’hameçonner des opposants au régime en place avec des e-mails frauduleux ou pas d’autres biais, via Twitter et Facebook. Une sollicitation financière via des dons a été demandée par Juan Guaido, pour permettre de faire travailler des associations humanitaires dans le pays. Tout cela a été organisé sur le site web voluntariosxvenezuela.com. Le problème c’est qu’une personne malveillante a enregistré quelques jours plus tard ce nom de domaine : voluntariosvenezuela.com. Très proche du site officiel.

D’après les chercheurs, ce faux site web serait l’œuvre des hommes de Nicolás Maduro. Adam Meyers, vice-président du renseignement chez CrowdStrike, une entreprise qui a analysé les cyberattaques a précisé cela : ≪Nous sommes capables d’affirmer qu’il s’agit d’une action du gouvernement vénézuélien qui essaie d’identifier les personnes qui travaillent contre eux, afin de mettre un terme à ce mouvement de rébellion≫. Jose-Luis Rivas, un activiste vénézuélien qui a suivi les attaques, a déclaré que le faux site web dirigeait vers un formulaire pour que les utilisateurs enregistrent leurs données personnelles telles que le nom, l’adresse mail, le numéro de téléphone et l’adresse postale. Ils cherchent très clairement à identifier l’opposition pour mieux l’éliminer.

Send this to a friend