ApplicationTechnologie

TikTok sous pression en Inde suite à son implication dans le cyberharcèlement

L’application chinoise, extrêmement populaire en Inde, est accusée d’avoir servi d’intermédiaire au harcèlement d’enfants par des personnes malveillantes.

Alors que l’application TikTok cartonne à travers le monde, l’application ne s’avère pas si parfaite. Le ministre des technologies de Tamilnadu, un état de l’Inde, s’est prononcé pour son interdiction ce mardi. Par ailleurs, Mr Manikandan ne souhaite pas seulement bloquer l’application dans son état, mais dans l’ensemble de l’Inde. La raison de son courroux vient de la « dégradation culturelle » entraînée par TikTok, ainsi que du rôle qu’elle a joué dans le harcèlement d’enfants au sein de Tamilnadu, si l’on en croit The Next Web.

TikTok, source de problèmes considérables en Inde

Un fonctionnaire a affirmé au ministre que TikTok recense du contenu sexuellement explicite au détriment des utilisateurs. Par ailleurs, un rapport prouverait que l’application très populaire chez les enfants servirait parfois à les harceler. En effet, un conseiller travaillant sur une ligne de détresse aurait reçu plus de 36 appels d’enfants victimes d’intimidation sur la plateforme en décembre 2018. Par ailleurs, l’application ne servirait pas qu’à faire pression sur ces derniers. Un jeune homme de 24 ans s’est suicidé en octobre après avoir reçu des moqueries suite à une vidéo où il s’était déguisé en femme.

L’application de partage de vidéos entend régler le problème

L’entreprise a annoncé qu’elle embaucherait une personne spécialement pour gérer ce genre de problèmes. En effet, elle a déclaré que « Chez TikTok, le maintien d’un environnement sûr et positif dans l’application est notre priorité. » Et qu’un agent de liaison serait recruté « afin de mieux coordonner leur activité avec celles des organismes d’application de la loi ». Par ailleurs, elle a rajouté qu’elle disposait « d’outils de signalements faciles » qui permettent de gérer rapidement tout contenu en désaccord avec ses conditions d’utilisation, qui respectent les lois du pays.

La protection des enfants sur les réseaux sociaux est un enjeu majeur pour éviter le cyberharcèlement de nos jours. Facebook dans un premier temps, et Instagram ensuite ont d’ailleurs changé leur fonctionnement il y a peu pour ne plus en être complices.

Send this to a friend