Bienvenue dans le futur. Le 4 février dernier, des chercheurs chinois de l’université de Zhejiang ont annoncé avoir réussi à contrôler un animal, en l’occurrence un rat, à partir du cerveau d’un humain. Les résultats sont parus dans la revue Scientific Reports. Nous pouvons clairement parler d’un « rat cyborg », qui grâce à un implant dans son cerveau a pu être dirigé et contrôlé par un humain, en connexion directe avec l’animal. Alors que pour certains, nous sommes déjà des cyborgs, cette expérience scientifique est une grande avancée dans le monde de la recherche.

Pour Neuralink, la start-up d’Elon Musk qui travaille sur les neuro-technologies, le fait de mettre une technologie dans notre cerveau (via des ICM) est déjà une réalité. Pour les équipes de la société, c’est un fait, nous sommes cyborgs et nous allons continuer à l’être donc il est probablement logique de nous mettre à jour. Par conséquent, nous sommes les premiers cyborgs à faible bande passante et nous allons nous moderniser, devenir cyborgs à haut débit.

En attendant, le contrôle de ce “rat cyborg” représente un “grand pas” pour l’homme. Que s’est-il réellement passé ? Un humain est parvenu à contrôler les mouvements d’un rat grâce à son cerveau. Les chercheurs ont imaginé une interface cerveau-machine, développée pour diriger les mouvements de l’animal, auquel on avait implanté des électrodes dans le cerveau.

Concrètement, l’humain qui avait la charge de contrôler le rat a pu maîtriser les déplacements de l’animal. Pour les chercheurs, c’est la preuve irréfutable qu’il est possible de transmettre des informations entre deux cerveaux avec l’aide d’une machine. Une première expérience qui semble en annoncer d’autres. Les scientifiques ne devraient pas s’arrêter là. De manière assez simple, lorsque l’homme à la manœuvre voulait bouger son bras droit, cela signifiait que le rat devait tourner à droite. L’expérience a permis au rat de répondre 16 fois aux demandes de l’humain qui le contrôlait.