Cybersécurité

Empreintes vocales : les prisons américaines créent des bases de données biométriques

Le ministère de la Défense américain finance un programme de création de base de données d'empreintes vocales.

Alors que l’IA est désormais capable de déterminer le risque criminel d’un individu, les nouvelles technologies continuent d’investir les prisons américaines. La population carcérale des États-Unis s’est vue livrée à un drôle d’exercice ces derniers jours. Les prisons du pays sont en train de constituer des base de données biométriques composées des empreintes vocales des prisonniers selon The Intercept. Les preuves de ces enregistrements proviennent de documents officiels du système pénitentiaire de l’État de New-York. Mais ce n’est pas tout, des responsables en Floride, au Texas ou encore en Arizona ont confirmé que les prisons utilisent la technologie de reconnaissance vocale pour créer des signatures biométriques.

Officiellement, l’intégration de ces nouvelles technologies doit servir à améliorer la sécurité et à lutter contre la fraude en prison. La création d’une base de données composée d’empreintes vocales a vu le jour grâce à des financements publics, alloués par le ministère de la Défense américain. Les informations en notre possession précisent que cette subvention aurait été initialement délivrée pour identifier les appels passés par des terroristes ou des criminels présumés. Depuis, il semblerait que la technologie se soit répandue jusque dans les prisons du pays.

screen-basededonnées

Le réel problème n’est pas là. Le rapport explique que les enregistrements seraient effectués sans le consentement des prisonniers. Cela s’est passé dans la prison de Sing Sing Sing, à New York. Un surveillant pénitentiaire aurait demandé à un prisonnier de lire une série de phrases qui auraient été enregistrées pour créer son empreinte vocale. Si ce dernier avait refusé de lire à haute voix, il se serait vu interdire l’accès aux téléphones de la prison. Le plus gênant dans cette affaire est que les voix des appelants de l’extérieur pourraient aussi être enregistrées. Concrètement cela signifie qu’une personne n’ayant jamais été accusée de quoi que ce soit pourrait avoir son empreinte vocale enregistrée par les systèmes biométriques.

Send this to a friend