L’histoire se rappellera certainement de cette affaire comme celle ayant débuté avec l’arrestation d’une CFO à Vancouver. Nous avons pas terminé d’entendre parler du conflit entre Huawei et l’Occident. D’une guerre commerciale clairement publique, nous pourrions rapidement basculer dans une guerre froide qui nous rappellerait la terrible époque passée entre les États-Unis et la Russie. La bataille entre la Chine et les États-Unis s’est intensifiée cette nuit lorsque la justice américaine a déclaré qu’elle formulait des accusations criminelles envers le fabricant de matériel chinois. Huawei nie toutes les accusations en bloc.

À la suite des déclarations américaines, la société chinoise a publié un communiqué de presse accusant les États-Unis de ne pas lui laisser l’occasion de s’expliquer à propos des différentes accusations portées à son égard. Huawei a précisé cela : “nous sommes déçus d’apprendre les accusations portées contre la société aujourd’hui. Après l’arrestation de Meng Wanzhou, la société a tenté de discuter de l’enquête avec le district de New York et avec le ministère de la Justice, mais notre demande a été rejetée sans explications ».

Pas question pour Huawei d’admettre quoi que ce soit. La société décide de nier en bloc les accusations et la situation se tend. D’autant que le gouvernement chinois n’a pas tardé à prendre la défense du géant technologique dans la tourmente.

Geng Shuang, porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois a déclaré cela : “ce n’est pas la première fois que les États-Unis déploient leur pouvoir d’État pour diffamer et réprimer une entreprise chinoise. Nous exhortons les États-Unis à cesser leur répression déraisonnable contre les entreprises chinoises, notamment Huawei, et à traiter les entreprises de notre pays de manière objective et équitable ».