Quelle annonce ! Il y a quelques heures, Dropbox a annoncé sa dernière acquisition. Le groupe rachète HelloSign pour la somme de 200 millions d’euros. La société spécialisée dans la signature électronique a bien développé le marché américain. Quentin Clark, vice-président directeur de l’ingénierie de Dropbox précise cela : “il ne s’agit pas simplement d’ajouter une nouvelle fonctionnalité de signature électronique à la solution Dropbox. Je pense que les capacités de flux de travail qu’HelloSign propose depuis 2017 sont vraiment une nouvelle clé de l’achat en ligne ». Dropbox a clairement dépassé le cadre de la synchronisation et du partage de fichiers pour devenir un espace collaboratif.

Clark ajoute que : “ce qui est unique chez HelloSign, c’est l’investissement qu’ils ont fait dans les API et les workflows proposés. C’est parfaitement aligné avec notre orientation à long terme. Ce n’est pas seulement une question de faire une activité de plus avec Dropbox, cela va vraiment nous aider à poursuivre avec une vision plus ambitieuse“. Dropbox veut clairement étendre les capacités de stockage de son application avec cette acquisition.

Le montant de l’acquisition est élevé. Cela montre clairement qu’il y a une forte demande en signature électronique de la part des utilisateurs de Dropbox, mais pas que. Le prix laisse penser que d’autres sociétés étaient potentiellement intéressées par un rachat de HelloSign. De son côté, Joseph Walla, PDG de HelloSign précise cela : “avec Dropbox, nous pourrons offrir des flux de documents encore plus transparents à un plus grand nombre de clients et augmenter considérablement notre impact auprès de nos utilisateurs ».

Les salariés HelloSign font maintenant partie de la grande famille Dropbox. D’ailleurs, pas de doute à avoir, le COO d’HelloSign explique cela : “nous allons rester une entreprise autonome au sein de la famille Dropbox, afin de pouvoir continuer à nous concentrer sur le développement des très bons produits que nous avons et sur la création de valeurs. La bonne nouvelle, c’est que nos clients ne connaîtront pas vraiment de changements majeurs. Ils auront juste plus d’opportunités ».