Nous n'en avons pas terminé avec l'affaire Huawei. Il faut revenir quelques mois en arrière pour bien comprendre les tenants et les aboutissants de cette démonstration d'une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Tout part de l’arrestation au Canada, sur l’ordre des autorités américaines, de Meng Wanzhou, Chief Financial Officer d’Huawei. La dirigeante du groupe est accusée d’avoir violé les sanctions américaines mises en place contre l’Iran, selon le Globe and Mail. Après plusieurs rebondissements, nous apprenons que le Canada vient de congédier son ambassadeur en Chine à la suite de cette affaire.

Après avoir rendu visite à un citoyen canadien détenu en Chine suite à l’affaire Huawei, John McCallum vient de commettre une belle erreur diplomatique. C'est du moins l'interprétation qu'en a fait son propre pays. L'ambassadeur du Canada en Chine a déclaré qu'il serait « formidable » pour le Canada que les États-Unis abandonnent leur demande d'extradition. À la suite de cette déclaration, Justin Trudeau a décidé de remercier son ambassadeur. Ce n'était pas la première fois que John McCallum faisait des commentaires en ce sens. Il avait même affirmé que la Chine avait des arguments solides pour s'opposer à l'extradition de Meng Wanzhou.

L'ambassadeur canadien a tenté de revenir sur ses déclarations pour éviter la sanction. Trop tard pour le Canada. Justin Trudeau veut à tout prix éviter de créer des tensions avec Donald Trump. En disant cela, McCallum suggérait que les États-Unis pouvaient se tromper à propos de l'arrestation de la CFO d'Huawei. Il faut choisir son camp et le Canada a choisi le sien. Ce contexte de guerre commerciale se fait de plus en plus ressentir ces derniers jours. Les relations se tendent entre la Chine et les pays de l'Occident.