Même si Facebook n’est plus l’application préférée des jeunes, l’entreprise a dans son portefeuille Instagram, Messenger et WhatsApp qui sont des applications très appréciées et utilisées par tous, notamment pour envoyer des messages. Le succès de ces applications aurait, semble-t-il donné une idée à Mark Zuckerberg. Comme le rapporte un article du New York Times, Facebook travaillerait sur l’intégration  de l’infrastructure technique de ces 4 applications.

L’idée étant de permettre à une personne utilisant Facebook d’envoyer un message crypté à une personne utilisant uniquement WhatsApp. Chaque application continuera à fonctionner de manière autonome.
Dans un communiqué, la société a expliqué vouloir « créer les meilleures expériences de messagerie possible, les gens veulent que la messagerie soit simple, fiable et privée. Nous travaillons à rendre davantage de nos produits de messagerie cryptés de bout en bout et nous recherchons des moyens afin de rendre plus simple la communication avec la famille et les amis. »

Un long travail technique

Alors qu’en 2018, Facebook a fait couler beaucoup d’encres avec des scandales à répétition, la société est déterminée à agrandir son écosystème tout en enfermant les utilisateurs dans ce dernier. Avec cette messagerie croisée et cryptée de bout en bout, comme sur WhatsApp, Facebook espère devenir LA plateforme de messagerie principale de ses utilisateurs, ce qui lui donnerait un pouvoir encore plus fort auprès des annonceurs et la possibilité de créer de nouveaux formats publicitaires.
Mais les utilisateurs pourraient être réticents à l’utiliser, suite aux nombreuses fuites de données ou encore le manque de clarté sur l’utilisation de leurs données.

Une indépendance de courte durée

Lors des rachats d’Instagram et WhatsApp, Facebook avait promis que les sociétés resteraient indépendantes. Au fil du temps, cette promesse a disparu. Les fondateurs d’Instagram ont démissionné en septembre 2018, pour qu’un ancien de chez Facebook et proche de Zuckerberg prenne la tête du réseau. Deux mois plus tard, le Chief Business Officer de WhatsApp quittait l’entreprise quelques temps après le départ de Kan Koum, co-fondateur de l’application. Ce dernier avait d’ailleurs expliqué que « Facebook ne respectait plus du tout la vie privée de ses utilisateurs. » Aujourd’hui Facebook et Instagram disposent de nombreux fonctionnalités similaires et avec cette messagerie croisée, Zuckerberg affirmerait une nouvelle fois son contrôle et n’a plus personne pour l’empêcher de développer son écosystème fermé.

D’après une source proche du projet, cette messagerie “commune” devrait voir le jour d’ici la fin de l’année ou bien en 2020. Facebook pourrait ainsi devenir un concurrent important face à Google et Apple et leurs services de messagerie.