Facebook travaille sur un système de télécommunications optiques spatiale
Technologie

Facebook travaille sur un système de télécommunications optiques spatiale

Otez-vous directement de la tête les faisceaux lasers de Star Wars, cette innovation est destinée à améliorer les télécommunications !

Selon une enquête du média IEEE Spectrum, Facebook travaillerait sur la construction de deux nouveaux observatoires. Ce travail se fait dans la discrétion la plus totale, sous le nom d’une filiale : PointView Tech. Les deux bâtiments pourraient être inédits, car il semble presque certain qu’ils abriteront les premiers systèmes de télécommunication laser (aussi appelé optique spatiale) de Facebook. Ils permettront d’échanger des données avec les satellites avec un débit bien supérieur à ce que permettent les ondes radios à l’heure actuelle.

Qu’est-ce qui permet d’affirmer que Facebook travaille sur des technologies lasers spatiales ?

La société PointView, dont la filiation avec Facebook a été révélée il y a tout juste un an par Spectrum, travaille d’ores et déjà sur son propre satellite : Athéna. De plus, le géant américain travaillait déjà sur les communications laser sol-air il y a quelques mois via un programme avorté consacré aux drones. Cependant, ce qui concrétise le plus les rumeurs stipulant Facebook travaillerait sur les télécommunications par faisceaux, c’est bien les travaux de ses chercheurs.

Plusieurs articles scientifiques rédigés par ses ingénieurs Raichelle Aniceto et Slaven Moro laissent penser que Facebook consacre des ressources importantes au développement de ce système de transmission de données. En effet, leur lecture permet de comprendre que Facebook a déjà soumis de nombreux composants dont un modem optique à radiations similaires à celles subit en orbite.
Aujourd’hui, ces deux ingénieurs travaillent au Connectivity Lab du GAFA à Los Angeles, le même endroit où PointView est basé. Par ailleurs, la page LinkedIn de Slaven Moro révèle qu’il travaille actuellement sur des systèmes de communication par satellites, ainsi que sur des produits de communication optique. Dans le même temps, la page de Raichelle Aniceto annonce qu’elle teste du matériel pour le développement d’un système de communication optique. Petite cerise sur le gâteau, la construction des deux observatoires soupçonnés d’abriter la nouvelle technologie de Facebook a commencé en juillet. Un mois tout pile après la fin des travaux des drones du projet aquila.

La technologie laser, un système de télécommunication ultra performant

Les systèmes de télécommunication optique ont plusieurs avantages majeurs vis-à-vis des ondes radios qui justifient leur développement. Les lasers sont capables de transmettre des débits de données bien plus élevées que leurs concurrentes. De plus, ils sont immunisés contre les interférences ou encore les piratages. Les précédents travaux de Facebook pour une communication entre une station au sol et un petit aéronef ont permis d’établir des communications de 10 gigabits par seconde, ce qui est assez impressionnant. Dernier point fort, la connexion laser peut être rétablie très rapidement en cas de perte du signal par le satellite.

Cependant, cette technologie a aussi ses points faibles. Les signaux lasers, même extrêmement concentrés, s’affaibliraient sur les distances de dizaines de milliers de kilomètres propres à l’atteinte d’un objet en orbite autour de la terre. Par ailleurs, le satellite et le faisceau lumineux devront être extrêmement bien alignés pour que l’échange se fasse avec succès.

Un grand plus pour l’amélioration de la connexion à internet

On ignore si Athéna sera équipé de la technologie nécessaire pour capter cette nouvelle technologie, ou si ce sera un prochain satellite qui sera destiné à réceptionner les signaux des observatoires. Cependant, il est sûr que leur développement permettra d’améliorer sensiblement la connectivité à travers le monde. Les données reçues par laser pourront être retransmises plus rapidement et sur des portions beaucoup plus vastes de notre planète, notamment concernant les zones difficiles d’accès.

La conquête spatiale, sous toute ses formes, progresse à grand pas. On parle déjà de voyages dans l’espace pour moins de 200 000 dollars grâce à Jeff Bezos, le PDG d’Amazon. Concernant les télécommunications, Tesla a récemment impressionné son monde avec l’avancée de son projet pour envoyer 7 000 satellites dans l’espace afin de mettre en place internet partout sur le globe. Vraiment, il devient difficile de savoir où l’homme va bien pouvoir s’arrêter dans sa course à l’innovation.

Send this to a friend