Réseaux Sociaux

WhatsApp limite le nombre de transferts de messages pour lutter contre les fake news

Après avoir testé cette mesure en Inde, WhatsApp décide de limiter le nombre de transferts de messages à 5 personnes, partout dans le monde.

Cette fois-ci, WhatsApp fait un grand pas vers la lutte contre la désinformation. En effet, les fake news sont très présentes aujourd’hui, et ce sont certainement les réseaux sociaux les mieux placés pour lutter contre ce fléau. Alors que Facebook supprimait récemment plus de 500 pages de propagande gérées par des russes, aujourd’hui WhatsApp veut lutter contre le transfert massif de messages. Désormais, les utilisateurs de WhatsApp ne pourront plus transférer leurs messages à plus de 5 personnes en même temps.

Depuis juillet dernier, il n’était déjà plus possible de transférer un message, une photo ou autre contenu à plus de 20 contacts en même temps. Et c’est en Inde, le plus gros marché de WhatsApp, que la limite des 5 contacts était testée depuis 6 mois. À ce sujet, WhatsApp précisait cela : « … en Inde – l’endroit où les gens transmettent le plus de messages, de photos et de vidéos dans le monde – nous testerons également une limite de 5 chats à la fois et nous supprimerons le bouton de transfert rapide à côté des messages média » C’est chose faite puisque ce raccourci qui permettait de transférer rapidement images et vidéos à d’autres personnes a été supprimé en Inde. Cette limite a pour objectif de « maintenir WhatsApp tel qu’il a été conçu : une application de messagerie privée ».

C’est Victoria Grand, la vice-présidente de l’entreprise chargée des politiques et des communications publiques qui a annoncé cette nouvelle politique lors d’un événement qui s’est tenu à Jakarta. De son côté, Carl Woog, le directeur communication de WhatsApp, a fait cette déclaration : « nous en avons choisi cinq parce que nous pensons qu’il s’agit d’un nombre raisonnable pour atteindre des amis proches tout en aidant à prévenir les abus et notamment les fake news ».

Les dernières mesures prises en juillet dernier auraient permis de réduire l’expédition des messages de 25 % autour du monde et encore plus en Inde. Déjà, à l’approche des élections brésiliennes de 2018, certaines personnes appelaient WhatsApp et donc Facebook (propriétaire du réseau social) a prendre des mesures fortes pour éviter la propagation de fausses informations. Les organes de propagande savent parfaitement utiliser ces nouvelles technologies pour faire passer leurs idéologies. C’est le rôle des réseaux sociaux de veiller à lutter contre cela.

Send this to a friend