Alors qu'il y a quelques jours en Chine, les données personnelles de 202 millions de demandeurs d’emploi étaient exposées, cette fois-ci c'est en Californie que cela se passe. Voipo, un fournisseur de télécommunications, a exposé des dizaines de gigaoctets de données personnelles. Parmi les données, on retrouve principalement des messages texte et des journaux d'appels. Une nouvelle fois, comme il y a quelques semaines lorsqu'un bug géant aurait pu compromettre n'importe quel compte Microsoft Office, c'est un chercheur en sécurité qui a détecté la faille.

À l'avenir, vous risquez de lire de plus en plus d'actualités de ce genre. C'est malheureux et pourtant c'est la réalité, nos données seront de plus en plus exposées. Cette fois-ci, Voipo, une société californienne de télécommunications a exposé une base de données contenant des millions de messages texte et de journaux d'appels. C'est Justin Paine, chercheur en sécurité informatique à San Francisco, qui a su détecter la faille. Il a tenté de contacter la société mais bizarrement, la base de données a été mise hors ligne avant même que le chercheur ne puisse préciser à Voipo où chercher.

call-voipo

Cette faille constitue tout de même la plus importante exposition de données personnelles jamais enregistrée à ce jour. Dans les chiffres, ce sont près de sept millions de journaux d'appels et six millions de messages texte qui étaient à la portée de tous. On vous laisse imaginer la catastrophe si un hacker avait décidé de s'intéresser à cette société.

Justin Paine a ajouté que la base de données contenait des données personnelles qui remontaient jusqu'à 2015. Les informations étaient régulièrement mises à jour et des données très récentes étaient aussi à disposition. Les informations sur les messages contenaient le contenu du message, l'heure, la date, et le destinataire. Un niveau de détails assez conséquent.