Le CES aura été l’occasion pour le géant américain IBM de présenter un nouveau système de prévision météo, l’IBM Weather System. Puissant et astucieux, il est propulsé par le Global High-Resolution Atmospheric Forcasting System (GRAF), un outil potentiellement alimenté par les données recueillies à l’aide de nos mobiles. Sa particularité est en effet de se baser sur les centaines de millions de smartphones quotidiennement utilisés à travers le monde pour obtenir des données météo précises et exploitables à grande échelle. Bien que prometteur, ce projet devra tout de même réussir à convaincre les utilisateurs, et pour cause, le gros du système est conçu pour être alimenté par les données de ces derniers.

La dimension collaborative du GRAF est à la fois sa grande force et sa grande faiblesse. S’il devrait permettre d’améliorer drastiquement la qualité des prévisions météo en affinant leur échelle (IBM parle ainsi d’une amélioration de 200% en passant de prévisions pour des zones de 12 km² à des secteurs de 3 km² seulement), l’ensemble du système reste assujetti à deux facteurs risquant d’entamer largement la pertinence de son propre concept : seuls les utilisateurs ayant à la fois installé l’application The Weather Channel (rachetée par le groupe en 2016) et autorisé IBM à exploiter les données récoltées par leurs smartphones, permettront au GRAF d’être correctement alimenté.

The Weather Channel accusé de revente de données en Californie

Cette annonce du géant d’Armonk intervient par ailleurs au pire moment. Quelques jours plus tôt on apprenait en effet que la ville de Los Angeles intentait un procès à l’application The Weather Channel pour avoir prétendument vendu les données de géolocalisation collectées auprès de ses utilisateurs californiens. De quoi jeter une ombre sur le GRAF et ses capacités à être adopté en masse à travers le globe.

IBM assure pourtant que seules les données pertinentes à ses services météo seront aspirées par son GRAF. Il faudra voir si ces promesses sont tenues à l’avenir.

Ce seront en tout cas les supercalculateurs POWER9 d’IBM qui seront chargés de traiter les données collectées par le GRAF à travers le globe. Elles bénéficieront en tout premier lieu aux pays en voie de développement ne disposant pas d’infrastructures suffisamment développées pour prédire avec précision la météo à laquelle s’attendre. Un point pourtant crucial pour l’agriculture, entre autres.

Le GRAF et l’IBM Weather System seront accessibles en cours d’année 2019, sans plus de précisions. IBM précise enfin que l’ensemble des utilisateurs de The Weather Channel pourront bénéficier des prévisions météo affinées obtenues à l’aide de son nouveau dispositif, et ce sans distinction. Comprenez que même les utilisateurs ayant refusé de céder à IBM un accès à leurs données profiteront des retombées du GRAF.