Les bonnes affaires de Vente-Privée seraient fictives
Retail

Les bonnes affaires de Vente-Privée seraient fictives

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) sonne l’alarme à propos du site e-commerce Vente-Privée. La plateforme est accusée de présenter des prix fictifs afin de mettre en oeuvre d’importantes réductions fictives.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) demande à la justice d’agir à propos des méthodes de ventes du site internet Vente-Privée. Présente au sein du ministère de l’économie, la DGCCRF agit dans l’intérêt des consommateurs et veille au respect des règles de consommation au sein des entreprises. Par ailleurs, elle surveille la sûreté et la conformité des produits mis en vente par les enseignes.

Une plateforme usant d’une stratégie illégale auprès des consommateurs

La DGCCRF, à travers un communiqué de presse, dénonce « l’illusion de faire une bonne affaire » sur le site de l’entreprise, mais aussi l’usage de « différentes stratégies frauduleuses visant à construire un prix de référence fictif ».

De cette manière, les utilisateurs du site peuvent croire à des prix totalement cassés alors qu’en réalité la marque ne baisse que très peu les prix des produits. Alors que l’impact économique des divers sites proposant des ventes privées augmente, le porte-monnaie des consommateurs n’en profite finalement pas vraiment.

Une justice mise en alerte par la DGCCRF

Aujourd’hui, le marketing fait preuve d’une créativité immense pour faire dépenser au maximum les consommateurs. Il est possible de retrouver par exemple le marketing d’urgence, qui incite l’utilisateur à acheter rapidement lorsqu’il ne reste « plus que deux produits dans cette taille ». Instagram a d’ailleurs commencé à diffuser un sticker « compte à rebours ».

Il n’est donc pas nouveau que les marques usent de stratagèmes fictifs pour affoler leurs clients. Vente-Privée n’a pas encore réagi depuis la transmission du procès-verbal au tribunal de grande instance de Bobigny. La DGCCRF a conclu auprès du tribunal que ces pratiques déloyales devaient être impérativement sanctionnées.

Send this to a friend