Après avoir infligé une petite amende de 500 000 £ à Facebook, il y a quelques mois, l’ICO (Information Commissioner’s office) condamne Cambridge Analytica, qui plaide coupable, à une amende symbolique de 15 000 £. The Guardian explique que cette amende survient après que la société mère de Cambridge Analytica, SCL Elections, ait plaidé coupable d’avoir omis de se conformer à un avis d’exécution émis par le service national de la protection des données personnelles.

Vous conviendrez qu’il s’agit d’une amende extrêmement modeste. Une punition totalement symbolique dans un contexte particulier où la société d’analyse politique déshonorée a été mise sous l’autorité de l’administration britannique, l’année dernière. L’ICO a ordonné à SCL Elections de lui remettre toutes les données qu’elle a en sa possession sur l’universitaire américain, le professeur David Carroll, dans les 30 jours. C’est après qu’elle ne l’ai pas fait que la commission a décidé de la sanctionner.

cambridge-anaytica-coupable

L’initiative du professeur Carroll est intéressante et très symbolique quand on sait que Cambridge Analytica avait à sa disposition des données sur plus de 240 millions d’américains. Chaque citoyen peut déposer une demande d’accès pour obtenir les données personnelles qui le concerne. Le professeur Carroll est un citoyen américain qui a décidé d’utiliser ce droit en demandant ses données personnelles, après avoir appris que Cambridge Analytica avait traité les informations de citoyens américains.

La société lui a répondu en mars 2017 mais n’a envoyé que des données partielles. Le professeur Carroll s’est donc plaint à l’ICO qui a décidé de soutenir sa demande. Depuis, l’entreprise a mis fin à ses activités à la suite du scandale de l’utilisation abusive des données sur Facebook. Vous connaissez désormais le scandale mondial qu’a provoqué cette affaire.

À ce propos, la commissaire à l’information, Elizabeth Denham, a déclaré cela : “les organisations qui traitent des données personnelles doivent respecter le droit à la vie privée des personnes. Si ce n’est pas le cas et que les entreprises ne tiennent pas compte des avis d’exécution de l’ICO, nous prendrons des mesures ».