Il faut être prêt à tout pour sauver notre planète. C’est certainement ce que se sont dit les autorités américaines en imaginant ce futur projet de loi. Pour faire simple, il vise à transformer les défunts en terre. Une méthode vraisemblablement moins chère que des funérailles plus traditionnelles. Transformer un mort en compost revient au fait de décomposer assez rapidement un corps pour qu’il se confonde avec la terre et devienne ensuite un engrais naturel utile à notre planète. D’autres États des USA imaginent des solutions pour un avenir meilleur et une planète en bonne santé. La Californie, par exemple, prévoit que 100% de ses bus soient électriques en 2040.

Vous savez certainement que le compost est une matière riche en nutriments, c’est pour cette raison que l’État de Washington imagine cette solution pour de potentielles futures funérailles. Le compost pourrait permettre de faire pousser naturellement des arbres, des fleurs et d’autres formes de vie. C’est le sénateur Jamie Pedersen qui prévoit de présenter ce projet de loi le mois prochain. Il aimerait légaliser la recomposition des morts dans l’État de Washington. Là où aujourd’hui, l’inhumation et la crémation sont actuellement les seuls moyens acceptables d’éliminer les restes humains.

Il est important de rappeler que l’inhumation ou la crémation des morts laissent d’importantes empreintes carbone et nuisent de manière importante à l’environnement. Le fait d’enfouir un corps fait consommer des “terres urbaines précieuses” et peut aussi polluer l’air et le sol avec des liquides d’embaumement. Les méthodes d’inhumation actuelles coûtent environ 6 000€ alors que la recomposition des corps pourrait coûter “seulement” 4 700€.

Recompose, une société d’utilité publique fondée en 2017 par Katrina Spade, qui milite pour ce projet de loi déclare que “la transformation de l’homme en sol se produit à l’intérieur de nos vaisseaux de recomposition hexagonaux réutilisables. Quand le processus sera terminé, les familles pourront rapporter à la maison une partie de la terre recomposée”.