Une grande quantité de comptes Twitter ont été piratés au profit de l’État Islamique. Ces derniers étant inactifs depuis des semaines, des mois, voire des années, c’est à partir du ton employé dans leurs tweets qu’ils ont été remarqués. La plupart des comptes piratés écrivaient le plus souvent des tweets en arabe, avec des références à Allah ou des retweets d’autres comptes également partisans de la propagande.

Une faille connue au niveau des adresses email

Bien évidemment, Twitter a fermé la majorité des comptes concernés. Néanmoins, certains restent encore aujourd’hui actifs. Nous ne sommes pas sans savoir que les réseaux sociaux sont énormément touchés par le piratage et surtout par diverses propagandes, comme par exemple dernièrement avec la campagne de propagande française arrêtée par Facebook.

Finalement, c’est à partir des adresses email que les pirates parviennent à agir. La majeure partie des adresses sont assez anciennes voire expirées et réutilisées pour la création de nouveaux comptes Twitter. Globalement, les pirates n’ont pas besoin de créer d’adresse mail et se basent de cette façon sur celles qui sont inactives. Certains comptes avaient des dizaines de milliers d’abonnés.

Exemple de tweet engagé au nom de l'État islamique.

Crédit : TechCrunch

Un combat contre la propagande qui touche de nombreux protagonistes.

Pour supprimer ces nombreux comptes qui diffusent paroles et vidéos au profit de l’État Islamique, il faut aussi demander l’aide de messagerie comme Hotmail ou Yahoo. De plus en plus de comptes sont supprimés. C’est d’ailleurs le cas pour Facebook qui fait du tri régulièrement pour assurer la fiabilité de ses comptes.
Dans les premières années de l’existence de Twitter, la confirmation d’adresse e-mail n’existait pas, c’est à partir de ces adresses que les infiltrations sont possibles. Les messages de propagandes sont de véritables appels à la violence contre les « non-croyants » ou encore contre les fêtes de Noël, une situation alarmante à laquelle Twitter tente de remédier.