Des micros-robots adaptés aux zones de travaux dangereuses : c’est l’investissement du Royaume-Uni
Technologie

Des micros-robots adaptés aux zones de travaux dangereuses : c’est l’investissement du Royaume-Uni

Des micros-robots capables de travailler sur des sites dangereux : c’est le projet sur lequel le Royaume-Uni est actuellement en train d’agir.

Le Royaume-Uni vient de créer une enveloppe de plusieurs millions d’euros afin de concevoir et d’améliorer des micro-robots. Comme le précise le Guardian, Ces derniers seraient aptes à être déployés dans des zones de travaux risquées, évitant ainsi de mettre la vie des ouvriers en danger. De nombreuses entreprises tentent d’ores et déjà de rendre certaines tâches obsolètes pour les humains afin de faciliter leur travail.

Des robots évitant la perturbation des routes.

L’objectif premier de ces micro-robots est de s’infiltrer dans des espaces sinueux et difficiles d’accès tels que les canalisations souterraines. De cette façon, en réparant eux-mêmes les fissures dans les égouts, l’économie réalisée pourrait être énorme. En effet, cela n’affecterait pas le trafic routier, et permettrait une économie de près de 5 milliards de livres par an. En outre, l’utilisation de ces micros-robots permet d’apporter plus de sécurité pour les ouvriers. Le développement de versions aéroportées et sous-marines serait en cours.

Un investissement conséquent de la part du gouvernement britannique.

Fondées à l’Université de Sheffield, et organisées par le professeur Kirill Horoshenkov, ces recherches ont d’abord été soutenues par une subvention de 7,2 millions de £. Récemment, Chris Skidmore, le ministre des Sciences a présenté l’investissement global de 26,6 millions de £ concernant une quinzaine de projets et comprenant le développement de ces micros-robots.
Une partie de cette subvention va directement viser la recherche à propos de drones qui pourraient par exemple surveiller les oléoducs. Ces avancées scientifiques vont aussi être élaborées dans les universités de Birmingham, Bristol et Leeds.

Pour Sir Mark Walport, directeur général du UK Research and Innovation (UKRI) : « Ils illustrent également le rôle de premier plan joué par les innovateurs britanniques dans le développement de ces nouvelles technologies, qui amélioreront la sécurité, ainsi que la productivité et l’efficacité. »

Send this to a friend