Un engin spatial a analysé un fragment rocheux datant de la création du système solaire
Technologie

Un engin spatial a analysé un fragment rocheux datant de la création du système solaire

La rencontre entre New Horizons (l'engin spatial) et ce gigantesque amas minéral pourrait être un tournant dans la découverte des origines de notre planète.

La NASA a reçu hier, pour le nouvel an, un signal de l’un de ses engins spatiaux les plus éloignés de la terre. La sonde spatiale New Horizons, localisée à plus de 4 milliards de kilomètres, a battu deux records : celui de l’objet le plus ancien jamais découvert par une technologie humaine, et celui de la plus grande distance parcourue. Elle est actuellement aux confins du système solaire.

Pour le nouvel an, les chercheurs de la NASA avaient décidément plus d’une raison de sabrer le champagne. Comme nous le révèle le média The Verge, l’un de leurs engins spatiaux, la sonde spatiale New Horizons, est entré en contact avec Ultima Thule. C’est le nom choisi pour un gigantesque amas minéral, qui est le plus ancien objet jamais découvert par l’humanité. Il doit apparemment dater des premiers balbutiements de notre planète, si il n’est pas plus ancien encore.

New Horizons est passé tout proche du gigantesque rocher et en est ressorti indemne. Grâce à ses outils, elle a pu cartographier l’objet, diagnostiquer sa température et son environnement, et bien sûr, le prendre en photo. Voilà un premier aperçu, très flou malheureusement.

Ultima Thule, objet inédit découvert par la NASA
À gauche, la représentation de Ultima Thule pixelisée. À droite, un graphique prédisant la forme de l’objet et son sens de rotation ©NASA/JHUAPL/SwRI; graphique de James Tuttle Keane

Ceci étant, il faut se rassurer, des photos en très haute résolution devraient arriver aujourd’hui, nous mettrons alors à jour l’article. New Horizons n’a pas fini de dévoiler tout ses secrets, il lui faudra environ 20 mois pour transmettre la totalité des informations obtenues suite à cette rencontre.

Ultima Thule se situe dans la ceinture de Kuiper, une grande région du système solaire située au-delà de l’orbite de Neptune. Cette zone est remplie de millions de corps glacés, mais ce ne sont pas des astéroïdes. En effet, comme le précise The Verge, les chercheurs pensent qu’il s’agit de fragments primitifs du système solaire. En somme, ce sont des témoins de la formation des planètes qu’il contient il y’a 4,5 milliards d’années. Ce n’est pas donc pas seulement l’ancienneté de Ultima Thule qui rend sa découverte formidable. En effet, on peut supposer que les données qui y ont été récoltées nous permettront d’en savoir plus sur les origines du système solaire.

Approcher du gigantesque rocher aura demandé un grand nombre d’efforts. Outre 13 ans de voyage depuis le lancement de la sonde en 2006, il a fallu composer avec les difficultés de communication. La distance à laquelle se situe New Horizons la rend impossible à manier en temps réel, il faut environ 6 heures pour échanger des données avec elle. Par conséquent, toutes les procédures de survol ont dû être préparées à l’avance, et la navette s’est approché en autonomie totale, ce qui n’était pas sans risques. La NASA a reçu le signal confirmant la survie de l’engin et la récolte des données vers 16h30 hier.

Le premier rapport sur Ultima Thule devrait tomber la semaine prochaine selon Alan Stern, l’un des chercheurs principaux de la mission New Horizons. Le moins que l’on puisse dire, vu les caractéristiques inédites de cet amas rocheux, c’est qu’on a hâte d’y être. Quoi qu’il en soit, entre les informations provenant de Mars par Insight, et celles de New Horizons, l’année 2019 s’annonce diablement intéressante.

Mise à jour du 5/01 2019 :

Ultima Thule est un grand bonhomme de neige ! Il est le fruit du rapprochement entre deux cailloux glacés. Les scientifiques ont décidé d’appeler la plus petite partie, de 14km de diamètre, Thule. La deuxième, mesurant 19 km, s’appelle désormais Ultima. L’ensemble mesure au total 31 km. Par ailleurs, la glace qui le compose est rougeoyante, probablement à cause de son irradiation dans l’espace.

Ultima Thulle photo plus précise du 2 janvier. C'est un ensemble de deux cailloux glacés rouges.
Sur la gauche, la photo couleur de Ultima Thule. Au centre, une photo plus précise de ce dernier. Enfin à droite, le mélange de ces deux photos qui nous donne la représentation la plus précise d’Ultima Thule à ce jour ! Crédit : AFP PHOTO / NASA / Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory / Southwest Research Institute

Comme nous vous le disions précédemment dans l’article, il faudra 20 mois à l’ensemble des informations pour arriver. Il ne fait nul doute que cet article sur Ultima Thule ne sera donc pas le dernier !

Send this to a friend