Cette année, le réveillon sur Times Square, l’un des quartiers les plus célèbres de New York, risque d’être un peu spécial. En effet, John Miller, sous-commissaire au renseignement et à l’antiterrorisme, a annoncé que la police de New York sera particulièrement bien équipée.
Elle utilisera pour la première fois des drones pour surveiller l’événement, relate Digitals Trends.

C’est un dispositif impressionnant qui a été mis en place pour le réveillon sur Times Square. Outre les habituels avions de police et hélicoptères traditionnellement utilisés pour surveiller cet événement qui devrait rassembler environ deux millions de personnes, un bon nombre d’outils technologiques devraient s’ajouter aux moyens fournis à la police.

En effet, lors d’une conférence de presse, le sous-commissaire John Miller a déclaré que la police utilisera des drones comme “dispositifs de soutien”. Ils donneront “une aide visuelle et de la flexibilité” grâce à leur capacité à observer une grande foule et se déplacer rapidement d’un point A à un point B. Par ailleurs, la police de New York utilisera aussi un système de brouillage afin d’empêcher d’autres drones de voler dans leur zone de surveillance. Les drones ne seront bien évidemment pas les seuls outils technologiques utilisés lors de l’événement. En effet, environ 1255 caméras portatives et fixes permettront d’assurer une surveillance des plus optimales.

Un réveillon sous haute surveillance afin de mettre fin à un contexte tendu

Cet impressionnant dispositif vient s’ajouter à 235 véhicules utilisés pour bloquer les entrées de Times Square et aux 50 équipes canines exploitées pour repérer les explosifs. Bloomberg rapporte que si la police est aussi bien équipée, c’est par peur de voir survenir un nouvel événement comme la fusillade de Las Vegas. Cependant, elle n’aurait eu vent d’aucune menace particulière à l’occasion du nouvel an.

La capacité de la police américaine a assuré un réveillon vierge de toutes tueries de masse sera surement déterminante concernant l’histoire des États-Unis. En effet, les débats sur l’interdiction du port d’arme pour les éviter font rage, et une catastrophe supplémentaire ferait surement pencher la balance. D’autant que certains grands acteurs de la société américaine s’engagent déjà plus ou moins contre l’industrie militaire. C’est par exemple le cas de Facebook, qui interdit désormais la totalité des publicités liées à l’armement s’adressant aux mineurs sur son réseau social.