Technologie

Transparence : de plus en plus de gouvernements réclament des données à Apple

Les demandes de données de la part des pays sont en hausse de 9% par rapport à l'année précédente.

Apple a récemment publié un nouveau rapport de transparence pour offrir une visibilité sur le nombre de demandes, provenant de différents pays autour du monde, pour acquérir des données d’utilisateurs Apple. Ce rapport de transparence révèle une forte augmentation de la demande, près de 9% supérieure à l’année précédente. La société publie désormais son rapport en format PDF. Il est donc enfin accessible et compréhensible par tous. Alors qu’il y a quelques semaines, la société était victime d’une attaque par phishing en Chine, elle décide de renforcer sa politique à propos de la transparence de ses données.

Apple a fait des progrès, il y a encore quelques années, le géant américain ne diffusait qu’un document de sept pages avec seulement deux tableaux de données très simples. Aujourd’hui, Apple a fait le choix de s’aligner sur ce que font des sociétés comme Microsoft ou Google. La société de Tim Cook publie désormais tous les semestres un rapport chiffré d’une manière que les « gens ordinaires » – comme ses clients – peuvent lire et comprendre. Un rapport qui détaille les chiffres pays par pays. D’après les chiffres publiés, Apple a reçu 32 342 demandes, un chiffre en hausse de 9 % par rapport à la période précédente. Des demandes pour accéder à 163 823 appareils dans la seconde moitié de l’année.

L’Allemagne serait le pays le plus demandeur, avec 13 704 demandes de données sur 26 160 dispositifs. Les États-Unis sont en deuxième place avec 4 570 demandes pour 14 911 appareils. Apple a également reçu 4 177 demandes de données de comptes, telles que des informations stockées dans iCloud, statistique en hausse de 25 % par rapport à la période précédente. Le plus surprenant est peut-être qu’Apple a également déclaré avoir reçu entre 0 et 499 ordonnances de sécurité nationale, y compris des décisions secrètes venant de la Cour de surveillance du renseignement étranger, concernant 1 000 à 1 499 comptes.

Send this to a friend