Uber vient d’obtenir le feu vert pour reprendre les tests avec ses voitures autonomes en Pennsylvanie, sur les routes publiques, comme le rapporte The Verge. Après l’accident mortel ayant eu lieu en mars dernier à Tempe, Uber avait eu interdiction de tester ses voitures en Arizona et avait durant un certain temps stopper les tests. La société avait même licencié les employés travaillant sur les véhicules à Pittsburgh. Durant l’été, Uber est revenu sur la route avec certains véhicules, mais en mode manuel. L’objectif final étant de pouvoir reprendre les tests rapidement.

Le département des transports de la Pennsylvanie a donné son accord pour que la société reprenne ses tests à Pittsburgh. Un porte-parole explique « nous avons reçu notre lettre d’autorisation, oui, mais nous n’avons pas encore remis les voitures en circulation. » La société a publié en novembre dernier son rapport de sécurité. On apprenait ainsi que deux employés seraient à bord du véhicule durant les tests. Lorsque les tests reprendront les véhicules effectueront un trajet court, de deux kilomètres. Ces derniers seront d’ailleurs limités à rouler à 40km/h. Il y a quelques jours on apprenait que l’accident aurait pu être évité, si une meilleure gestion des risques avait été mise en place. Un cadre de la société aurait envoyé un mail à la direction pour leur faire part de ses préoccupations, quelques jours seulement avant l’accident.

Cette annonce est donc une bonne nouvelle pour la société qui semble réellement prête. L’entreprise envisagerait également de reprendre les tests à San Francisco et à les débuter en mode manuel à Toronto. Dans tous les cas, suite à l’accident, la société devra montrer “patte blanche” et éviter les erreurs afin de ne pas mettre en danger les autres personnes et d’une manière générale l’avenir des véhicules autonomes.