TechnologieTransports

Un ancien ingénieur de chez Uber aurait parcouru près de 5000 km avec une voiture autonome

Simple buzz pour communiquer sur son produit ou technologie qui fonctionne, Anthony Levandowski fait encore une fois parler de lui.

Mensonge ou vérité ? Anthony Levandowski ancien ingénieur chez Uber affirme avoir parcouru un trajet entre San Francisco et New York, dans une voiture autonome. Si tel est le cas, il s’agirait du trajet le plus long jamais réalisé par un véhicule autonome, sans aucune intervention humaine, comme le rapporte The Guardian.

Pour ceux qui ne se rappellent pas d’Anthony Levandowski, ce dernier avait été accusé par Google de vol de technologies, lorsqu’il a fondé le projet de camions autonomes chez Uber. Après plusieurs tests dans le Colorado et à San Francisco, Uber avait annoncé mettre fin au projet, pour se concentrer sur les voitures autonomes. Aujourd’hui, Levandowski a lancé sa propre startup Pronto.ai, spécialisée dans les technologies de conduite autonome pour les camions et se dévoile en vidéo.

Dans cette dernière en timelapse, on l’aperçoit au volant d’une Toyota Prius modifiée. Le point le plus étonnant est qu’il ne tient pas le volant. Ainsi il aurait parcouru environ 5000 km dans une voiture autonome, une grande première.

La vidéo a pour objectif de présenter le premier produit de l’entreprise, Copilot, un système avancé d’assistance au conducteur qui fournit « les fonctionnalités les plus avancées d’assistance de conduite sur route. »
Ce dernier devrait être disponible au début de l’année 2019 au prix de 4 999 dollars. La technologie utilise sept caméras, un ordinateur sur lequel deux réseaux de neurones sont exécutés. Point intéressant, aucun capteur Lidar n’est intégré à la voiture.
Il explique « conduire un camion est un travail très difficile, et nous pensons que Copilot peut le rendre beaucoup plus facile pour les conducteurs et réduire la fatigue tout en augmentant la sécurité. » La technologie n’est donc pas destinée à un usage quotidien, pour aller par exemple au travail ou faire les courses dans des rues où se trouvent piétons, cyclistes…

Levandowki a expliqué à The Guardian avoir pris le contrôle du véhicule pour faire des pauses ou le plein d’essence, sinon il ne touchait pas le volant ou les pédales. Il ajoute « je suis très fier d’avoir réussi, dans mon esprit à franchir une étape monumentale. »

Coup de pub ou vérité, on saura dans les prochains mois si la technologie fonctionne vraiment ou non. Une chose est sûre pour le moment, Anthony Levandowski détrône Musk qui souhaitait réaliser un trajet entre Los Angeles et New York City à bord d’une voiture autonome.

 

Send this to a friend