ApplicationTechnologie

Le clavier Gboard de Google prend en charge plus de 500 langues

Une annonce qui souligne la rapidité et la technicité de Google !

Deux ans seulement après avoir été lancé, Google vient d’annoncer que 500 langues étaient proposées sur son clavier Gboard sur Android. Pour rappel ce clavier a pour objectif de simplifier le quotidien des utilisateurs en permettant d’effectuer des recherches et envoyer des résultats comme par exemple l’adresse d’un restaurant directement dans votre application sans avoir à ouvrir un autre onglet.

L’objectif premier de Google avec Gboard est de nous « aider à communiquer de manière naturelle et confortable quelle que soit votre langue. » Google explique que les « dix langues les plus courantes couvrent environ la moitié de la population mondiale, l’autre moitié parle encore des milliers de langues. »
Grâce au clavier Gboard, « plus de 90% des internautes peuvent désormais écrire leur langue maternelle avec des dispositions de clavier adaptées à chaque langue et des fonctions comme le texte à correction automatique et le texte prédictif. » En 2016, au moment du lancement, c’est une centaine de langues qui étaient disponibles.

Google ajoute sans cesse de nouvelles langues. L’entreprise explique « au cours des derniers mois, plus de cent nouvelles langues ont été ajoutées à Gboard telles que le Pidgin nigérian (environ 30 millions de locuteurs), Rangpuri (environ 15 millions de locuteurs), le balinais (environ 3 millions de locuteurs), le grec pontique (environ 800 000 locuteurs) et bien d’autres. » Le clavier prend également en charge 40 systèmes d’écritures, à savoir des alphabets assez communs ou bien des scripts utilisés pour des langues spécifiques comme par exemple OI Chiki, utilisé pour le Santali.

En deux ans, Google a été rapide dans le développement de son clavier et confirme son avancement technologique. À chaque fois qu’une langue est ajoutée, Google doit entraîner son IA. Une étape facile avec des langues comme le français, mais plus difficile pour les langues dites verbales. L’entreprise fait ainsi appel à des locuteurs natifs, afin que ces derniers aident à la création d’une base de données texte pour que l’IA soit capable d’effectuer des prédictions de texte ou de corriger vos erreurs.
Il y a quelques semaines, l’entreprise expliquait utiliser l’IA pour vous faire des recommandations de GIF et d’emojis, des symboles utilisés couramment et qui peuvent parfois remplacer des mots !

 

Send this to a friend