Elon Musk et la SEC (Securities and Exchange Commission, qui réglemente la bourse des USA) c’est assurément tout sauf une histoire d’amour. À la suite de ses déclarations et tweets, l’organisme fédéral a infligé des sanctions au milliardaire américain et lui a fait perdre en partie le contrôle de Tesla. Néanmoins, Elon Musk ne compte pas renoncer à sa liberté d’expression, et il l’a fait savoir avec véhémence dans la célèbre émission américaine « 60 minutes » il y a quelques jours.

Tout a commencé avec un Tweet d’Elon Musk sur la probable privatisation de Tesla, qui est depuis longtemps rentré en bourse. Cette déclaration avait entrainée une hausse conséquente de l’action de la société, et par la suite, Musk avait finalement changé d’avis sur la question. La SEC avait interprété cela comme de la spéculation et l’avait poursuivi en justice, ce qui lui a couté très cher. En effet, il a perdu la tête du conseil d’administration de Tesla et a subi une amende de 20 millions de dollars suite à ses propos qui provoquaient « une confusion importante sur le marché boursier et nuisaient aux investisseurs » selon la SEC. De plus, le gendarme boursier américain lui a également imposé un contrôle de ses communications suite à cette affaire.

Pourtant, cela ne semble pas avoir impacté le moins du monde le dirigeant de Tesla, qui a bien fait savoir que le pouvoir de la SEC s’arrêtait là, et qu’il n’avait pas perdu sa liberté d’expression pour autant. L’homme qui reste PDG de Tesla a expliqué lors d’une interview dans « 60 minutes » que la perte de sa place de leader du conseil d’administration ne l’empêchait pas de tweeter ce qu’il voulait. Une affirmation relativement exacte, puisqu’il a précisé par la suite que « les seuls tweets qui pourraient avoir besoin d’être revus seraient ceux ayant la possibilité de créer un mouvement dans les stocks ».

En poursuivant son échange avec Lesley Stahl, l’animatrice de l’émission, il a souligné qu’il est tout à fait normal qu’il puisse tweeter comme il l’entend. Comme il le dit lui même « Sinon c’est bonjour le premier amendement, la liberté d’expression est fondamentale ». Il ne s’est par la suite pas gêné pour clarifier ses opinions vis à vis de la SEC « Je veux que ce soit clair. Je ne respecte par la SEC. Je ne les respecte pas ». Il est évident qu’on pouvait difficilement faire mieux en termes de franc parler. Enfin, l’interview a été l’occasion pour lui de revenir sur sa consommation de marijuana en direct lors d’une autre apparition télévisée. Le PDG de Tesla a voulu rappeler qu’il ne fumait jamais rien dans sa vie privée, contrairement à ce que certains pouvaient laisser entendre.

Elon Musk interview 60 minutes liberté d'expression

Elon Musk en train de présenter l'autopilote à Lesley Stahl lors de l'interview. ©CBS News

On espère sincèrement que Elon Musk ne ment pas quand il dit garder le contrôle de ses tweets. Il faut bien avouer que le milliardaire américain nous fait rêver par le biais de Tweeter, en n’hésitant pas à y présenter des nouvelles démentielles telles que sa volonté de découvrir de nouveaux systèmes solaires ou l’arrivée imminente du premier tunnel Hyperloop, généralement avant même d’en référer aux médias traditionnels.