Technologie

En Chine, les citoyens ayant un véhicule électrique sont suivis par le gouvernement

La Chine souhaite que d'ici 2025, les ventes de voitures électriques représentent 20% des ventes totales. Et alors que la Chine semble impliquée dans le développement de ces véhicules, il s'avère que le gouvernement collecte de nombreuses informations sur ces derniers. En effet pour se conformer à la loi locale, les constructeurs doivent transmettre diverses informations dont la localisation du véhicule à un centre de surveillance.

La Chine est bien connue pour représenter la série Black Mirror dans la vraie vie. D’ici deux ans, tous les citoyens du pays auront une note sociale, qui pourra influencer le quotidien de milliers de personnes. Et alors que la population est sans cesse surveillée par le gouvernement, on apprend aujourd’hui par The Associated Press, que le gouvernement surveillerait les déplacements des personnes circulant avec une voiture électrique, soit plus de 200 000 véhicules.

En effet, Tesla, Volkswagen ou encore BMW transmettraient notamment la position du véhicule ainsi que le niveau de charge de la batterie. Le gouvernement forcerait les fabricants de voitures électriques à partager ces informations au centre de surveillance du gouvernement local. Les constructeurs expliquent envoyer ces données afin d’être conformes à la loi locale qui s’applique aux véhicules électriques. Bien évidemment, au moment de l’achat du véhicule, les clients ne sont pas informés de cette surveillance.

Pour sa défense, le gouvernement explique que la collecte de ces informations a pour objectif de « renforcer la sécurité publique, planifier les infrastructures et prévenir la fraude dans les programmes de subventions. » Le directeur adjoint du centre de Shanghai, Ding Xiaohua, confirme de son côté que la surveillance n’est pas l’objectif de la collecte des informations. Il explique « nous pouvons fournir beaucoup de données des consommateurs au gouvernement pour les aider à améliorer leurs politiques et leur planification. » Il précise également que les données ne sont pas communiquées à la police et ajoute que le centre ne peut faire le lien entre une voiture et son propriétaire sans l’aide des constructeurs.

Si on regarde de l’extérieur, il est assez clair que le gouvernement a trouvé un nouveau moyen pour surveiller les faits et gestes de la population. D’autant plus que la Chine est le seul pays à collecter ce type de données, en temps réel. Les constructeurs devraient ainsi réfléchir et se demander si le fait de participer à une surveillance de masse, fait partie de leur valeur et leur engagement envers les clients.

Le marché des véhicules électriques est en plein boom. La Chine souhaite d’ailleurs qu’ils représentent 20% des ventes totales de voitures d’ici 2025. Un objectif ambitieux, mais qui représente encore plus de données et de surveillance.

Send this to a friend